Guérir des blessures de son passé : dialogue avec l’enfant intérieur

Se poser les bonnes questions, c’est résoudre nos principaux problèmes. Mais ces questions nous échappent parfois ou nous les formulons mal.

C’est souvent parce qu’une partie protectrice oeuvrant dans notre inconscient nous empêche de nous les poser. Ces blocages nous empoisonnent la vie et cachent les véritables blessures. Analyse et solutions avec le témoignage de François Le Doze.

La confrontation avec sa propre histoire non seulement permet d’ou-2

Combien de fois vous est-il arrivé de refuser des invitations ou des occasions en les dénigrant puis en vous convaincant que vous avez fait le bon choix ?

Combien de fois s’est déjà élevée cette petite voix pour critiquer vos actes et vous empêcher d’avancer ?

De nombreuses fois n’est-ce pas ?

 

Et si la question et la réponse se trouvaient dans notre passé ? Vous vous en doutiez, j’imagine.

Pour s’en convaincre, il suffit de se demander si nous avions ce type de blocage lorsque nous étions enfants ?

Vous ne vous en souvenez probablement pas mais observez le comportement des bébés autour de vous ?

Hésite-t-il à réclamer lorsqu’ils ont faim ? A rire quand ils sont heureux ? A pleurer quand ils sont tristes ? A exprimer leur colère ? Leur amour ?

Non ! Le bébé n’a pas encore vécu les désillusions que nous avons rencontrées. Il n’a pas subi les assauts de la forteresse de notre estime de soi avec les mauvaises expériences que nous avons vécues.

Le bébé n’a pas besoin d’un système d’auto-défense pour l’en protéger. Nous si. La question est : ce système contribue-t-il à notre bonheur ?

 

La vidéo TEDx que vous allez voir aujourd’hui est précieuse pour nous guider dans la résolution de ces noeuds du passé qui étranglent notre vie.

Ils sont issus de situations blessantes ou humiliantes, de frustrations, de tristesse… Notre inconscient s’est donc évertué à nous protéger de ce danger. Comment ?

En nous obligeant à adopter des habitudes et rituels qui nous évitent de replonger dans le feu et la douleur.

Cela crée des blocages. Comme si des routes parfaitement praticables étaient barrées par notre inconscient.

 

Pour surmonter ces blocages, il existe plusieurs possibilités.

Celle que François Le Doze nous présente est une introspection. Elle lui a permis de parler directement à la source de son blocage : cet enfant de 8 ans qui ne pouvait se confier à l’époque.

 

Cet enfant était protégée par la voix critique du conseiller jusqu’à maintenant. Il a suffi de donner une permission pour que les croyances se modifient.

La clé est l’amour et la compassion.

 

 

Quelques suggestions :

  • Affrontez la source de vos blocages en regardant à l’intérieur de vous, dans votre passé.
  • Identifiez ces blocages et écrivez-les sur une feuille avec des détails sur les circonstances de leur apparition.
  • Projetez-vous totalement dans le passé et guérissez l’enfant que vous voyez. Dites-lui que vous l’aimez, que vous comprenez ce qu’il ressent. Qu’il a le droit d’avoir peur, d’être triste. Entourez-le de votre compassion et de votre bienveillance.
  • Donnez-lui les permissions qui lui manquent :
    Tu as la permission d’être toi-même.

    Tu as la permission d’être un garçon ou une fille.

    Tu as la permission d’éprouver du plaisir.

    Tu as la permission de faire confiance.

    Tu as la permission d’appartenir à un groupe.

    Tu as la permission d’être proche.

    Tu as la permission d’être un enfant.

    Tu as la permission de grandir.

    Tu as la permission de savoir.

    Tu as la permission de penser.

    Tu as la permission de réussir.

    Tu as la permission d’être triste.

    Tu as la permission d’avoir peur.

    Tu as la permission d’être en colère.

    Tu as la permission d’être joyeux.

    Tu as la permission d’exister.

    Tu as la permission d’être en bonne santé.

 

Voici plusieurs articles pour vous aider :

 

Source supplémentaire : L’année du bonheur d’Isabelle Filliozat

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous ! 🙂