Exercices pour apprendre à piloter votre cerveau grâce à la PNL (Richard Bandler)

Richard Bandler est le co-inventeur de la Programmation Neuro-Linguistique. Dans son livre « Un cerveau pour changer« , il nous propose quelques exercices pour apprendre à piloter notre cerveau.

Pourquoi piloter notre cerveau ? Parce que nous avons la capacité d’influer sur nos pensées pour garder un moral au beau fixe et réussir ce que nous entreprenons. Nous aurions tort de nous en priver !

Mais rassurez-vous, si vous tenez absolument à tout voir en noir plutôt qu’en bleu ou en rose, la PNL est aussi faite pour vous. Elle fonctionne dans les deux sens. 😉

Avez-vous remarqué comme nous pouvons changer d’état d’esprit à la simple évocation d’un mauvais souvenir ? Ou encore que nous devenons instantanément joyeux lorsque nous revient en mémoire un évènement particulièrement plaisant ?

La Programmation Neuro-Linguistique nous permet de contrôler ces images qui affluent. Nous pouvons même en modifier de nombreux paramètres comme la luminosité, la taille ou encore la vitesse afin d’en booster ou d’en minimiser les effets.

En fait, nous avons dans notre cerveau une salle de cinéma. Et c’est nous qui décidons de ce qu’y est diffusé…ou pas.

Nous possédons la faculté de maitriser précisément ce que nous imaginons.

 

Exercice :

Passons tout de suite dans le vif du sujet avec un cas pratique.

Prenez un souvenir très déplaisant. Vous en avez probablement un dans un coin de votre cerveau. Il s’agit soit d’une image/photo, soit d’une séquence/film.

Fermez les yeux et diffusez cette image ou ce film dans votre salle de cinéma personnelle (votre cerveau). Cela doit être très fidèle à ce que vous avez vécu.

Les émotions que vous éprouvez sont certainement négatives : honte, tristesse, peur,colère…

cinema

Vous allez maintenant modifier certains paramètres de cette projection très privée :

1) Luminosité : variez l’intensité des couleurs en partant d’une forte luminosité vers une plus faible.

2) Distance : éloignez ou rapprochez l’image (comme un zoom plus ou moins à 2 doigts sur un écran tactile de smartphone ou tablette)

3) Profondeur : votre film est en 3D ? Passez-le en 2D (comme une simple image ou une BD).

4) Durée : prolongez ou diminuez le temps d’apparition des images.

5) Clarté : appliquez un flou ou augmentez la précision des traits.

6) Contraste : changez le contraste.

7) Image panoramique : passez d’un plan simple à une image panoramique.

8) Mouvement : s’il s’agit d’un film, transformez-le en image fixe. Et inversement.

9) Vitesse : modifiez la vitesse de très lent à très rapide.

10) Teinte : changez l’équilibre des couleurs.

11) Transparence : rendez l’image transparente.

12) Proportions : d’une image carré, faites une image rectangulaire en ne respectant plus les proportions.

13) Orientation : penchez l’image, changez de point de vue.

14) Premier plan/ Arrière plan : inversez les éléments du premier plan avec ceux du second plan.

15) Couleur : passez de la couleur au noir et blanc et inversement.

16) Sens de lecture : diffusez le film à l’envers.

17) Bande son : sur un souvenir négatif, passez de la musique de cirque ou joyeuse.

18) Son : réduisez le volume du son ou augmentez-le. Jouez sur les graves et les aigus.

 

Testez ces paramètres un à un. Vous allez vous rendre compte que vous pouvez minimiser (et même faire disparaitre) les émotions négatives de n’importe quel souvenir ou les intensifier.

Et ceci fonctionne de la même manière avec un souvenir positif. Plaisir décuplé !

photo NB

Dans la même logique, je vais citer Anthony Robbins qui nous explique comment se débarrasser d’une phobie (extrait de « pouvoir illimité« ).

« Pensez à un moment de votre vie où vous vous êtes sentie plein de ressources et plein de vie; retournez en arrière et mettez-vous dans l’état où vous étiez alors, ressentez à nouveau cette force, cette confiance en vous. Maintenant, essayez de vous voir entouré d’une bulle brillante qui vous protège. Une fois ainsi protégé, dirigez-vous mentalement vers votre salle de cinéma préférée. Asseyez-vous dans un fauteuil confortable bien en face de l’écran. Vous devez ensuite vous sentir flotter à l’extérieur de votre corps vers la cabine de projection, toujours à l’intérieur de votre bulle protectrice. Regardez dans la salle et voyez-vous assis au milieu des spectateurs, devant un écran vide.

Ensuite, regardez s’inscrire sur l’écran une image en noir et blanc, immobile, représentant votre phobie ou quelque horrible expérience dont le souvenir vous poursuit. Baissez les yeux pour vous voir assis dans la salle et regardez-vous en train d’observer ce qu’il y a sur l’écran-vous vous dissociez doublement de cette image. Une fois arrivé à ce stade, animez l’image et faites passer le film en noir et blanc à l’envers et à un rythme très rapide, comme un vieux film muet, ou un mauvais film d’amateur.

Regardez-vous en train de le regarder dans la salle et notez vos réactions.

Allons plus loin. Je veux que cette partie de vous qui est en pleine possession de ses moyens, celle qui se trouve dans la cabine de projection, redescende en flottant vers l’endroit où votre corps est assis. Puis vous vous levez et vous marchez jusque devant l’écran. Vous devez arriver à le faire en continuant à vous sentir fort, confiant. Dites ensuite à votre ancien moi que vous l’avez regardé d’en haut et que vous avez trouvé des moyens de l’aider à changer le sens de cette expérience, des restructurations de son schéma grâce auxquelles vous pourrez maintenant et plus tard l’envisager différemment-des moyens de percevoir l’expérience passée sous un jour plus adulte. Cette souffrance, cette peur, est inutile. Vous êtes plus fort maintenant qu’autrefois et cette situation dans laquelle vous vous êtes trouvé un jour appartient à votre histoire, mais pas à votre présent ni à votre avenir.

Aidez votre ancien moi à affronter quelque chose qu’il ne pouvait supporter jusque là, puis revenez dans le fauteuil et regardez le film se transformer. Repassez la même scène , mais voyez cette fois avec quelle confiance votre ancien moi réagit. Retournez alors de nouveau vers l’écran et félicitez votre ancien moi de s’être libéré de sa phobie, de son traumatisme ou de sa peur. Puis faites-le rentrer en vous-même, en sachant qu’il a maintenant plus de ressources qu’il n’en a jamais eu et qu’il représente une part importante de votre vie. »

 

Bonus :

Envie de vous débarrasser d’une mauvaise habitude comme fumer ou vous ronger les ongles ? Testez la technique du « swish » :

La technique du « Swish » en 4 étapes + test

Nous allons exposer cette technique pour nous débarrasser de la manie de se ronger les ongles. Vous pourrez ensuite l’utiliser dans n’importe quelle situation.

 

1) Identifier le contexte :

Vous souhaitez changer un comportement que vous avez de manière inconsciente ? Commencez par faire un arrêt sur image. Par exemple, visualisez ce moment où vous portez vos mains à votre bouche pour vous ronger les ongles.

 

2) Identifier l’image déclenchante :

Juste avant de vous ronger les ongles, quelle image traverse votre esprit ? Reproduisez le mouvement en vous arrêtant avant de vous ronger les ongles pour le savoir. Voilà. Comme c’est l’élément déclencheur d’une réaction que vous n’aimez pas, vous devriez l’avoir associé à un sentiment déplaisant.

Comme le précise Richard Bandler, au plus c’est désagréable au mieux c’est.

 

3) Créer l’image d’un état désiré :

Vous allez maintenant créer une seconde image. Celle-ci est celle correspondant à votre état désiré. Imaginez en détail vos mains avec des ongles non rongés et vous, souriant par exemple. C’est bien ce que vous souhaitez ?

Cette visualisation doit vous combler. Vous devez ressentir un véritable plaisir en l’élaborant. Si vous ne ressentez pas grand chose pour cette image, changez-en jusqu’à obtenir le reflet exact de votre désir profond.

Je me répète mais c’est primordial : vous devez ressentir du plaisir.

 

4) Le swish :

On va maintenant swisher.

Débutez en vous imaginant l’image déclenchante (point 2). Elle doit occuper toute votre imagination : elle est grande et lumineuse. C’est important. Ensuite, placez l’image de l’état désiré en haut à droite de l’image déclenchante. Réduisez sa taille afin qu’elle soit très petite et assombrissez-la.

Puis agrandissez brusquement cette petite image et rendez-la de plus en plus lumineuse. Faites ceci jusqu’à ce que cette image désirée recouvre totalement l’image déclenchante qui elle, rapetissera et deviendra plus sombre. Faites tout ceci aussi rapidement que ce que vous prononcez « Swish ».

 

Enfin, visualisez un écran blanc ou ouvrez les yeux.

Recommencez ce swish 5 fois au total.

N’oubliez pas de visualiser l’écran blanc à la fin de chaque swish.

 

5) Test :

Visualisez la première image.

Que se passe-t-il ?

Si le swish a fonctionné, vous ne parviendrez pas à la visualiser. L’image aura tendance à trembloter et à s’évanouir pour être remplacée par la seconde image correspondant à l’état désiré.

 

EnregistrerEnregistrer

2 réponses

  1. kader dit :

    C’est trop technique et incompréhensible.

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous sur Facebook ! 🙂