Les excuses dans l’éducation (pour les parents et les enfants)

Je considère les excuses comme un outil indispensable dans le cadre d’une parentalité positive.

En tant que parents, nous ne sommes pas infaillibles, malgré toute l’attention que nous pouvons porter à nos actes. Il nous arrive donc de blesser nos enfants comme quand nous leur crions dessus ou exprimons notre colère, quand nous nous moquons d’eux, quand nous employons des mots qui peuvent les heurter (gros mots et insultes) ou encore lorsque nous les menaçons.

Quand la faute est commise et que l’échange se termine ainsi, les enfants restent avec leur amertume. Pire, ils ravalent leurs émotions ou réagissent des heures ou des jours plus tard car le ressenti a refait surface avec plus d’intensité. Or, cette réaction hors-contexte est souvent mal interprétée car le déclencheur est dans le passé.

Des émotions désagréables sont également présentes chez les parents : culpabilité, regret, ressentiment,…

 Il y a un excellent moyen d’éviter cela : s’excuser.

Et cela fonctionne dans les deux sens. 🙂

people-220039_1280

S’excuser est-il un aveu de faiblesse ou un manque d’autorité ?

Non, au contraire. Reconnaitre ses fautes et chercher des moyens de les réparer est la preuve qu’on veut s’améliorer, que les émotions ressenties par l’enfant sont importantes et qu’on s’engage dans un vrai processus d’apprentissage par l’exemplarité.

Les enfants éprouvent donc plus de respect pour leurs parents et ils se sentent plus en sécurité face à ce comportement responsable. Car oui, s’excuser quand on a blessé signifie que nos intentions sont bienveillantes.

 

Comment bien s’excuser ?

Des mots suffisent. Ne rentrez pas dans le jeu de la compensation matérielle (avec des cadeaux).

« Je suis désolé. Je n’aurais pas dû crier sur toi. Acceptes-tu mes excuses ? »

« Je vois que tu n’as pas compris ce trait d’humour et que tu es vexé. Je te demande pardon. Mon intention était de te faire rire et non de te rendre triste. Je te ferai un petit signe pour t’indiquer quand je plaisante à partir de maintenant. Ainsi, on sera sur la même longueur d’onde. »

« Je me suis rendu compte que ma réaction était disproportionnée par rapport à une faute si petite. Je te prie de m’excuser. »

 

Notez qu’il est judicieux de s’excuser plus tard (plutôt que jamais) car cela permettra de réparer le souvenir et l’émotion désagréable qui y est associée.

 

Comment mal s’excuser ?

Pour que des excuses soient efficaces, il faut éviter les formules suivantes :

« Je suis désolé, je n’aurais pas dû me mettre en colère contre toi. En même temps, tu l’as bien mérité ! Tu as vu ce que tu as fait ??? »

Quand vous vous exprimez ainsi, vos excuses ne servent à rien puisque vous les contrebalancez avec une accusation qui va renforcer le sentiment de culpabilité de l’enfant.

« Ne pleure pas, c’est pour ton bien si je te crie dessus. »

Ainsi, vous niez et réprimez les émotions ressenties par votre enfant. De plus, vous confortez de mauvaises croyances : « On peut te faire du mal pour ton bien. C’est normal« .

 

Comment apprendre à un enfant à s’excuser ?

Pour apprendre à un enfant à s’excuser au bon moment (car il ne s’agit pas de l’habituer à s’excuser tout le temps), suivez les conseils précédents et soyez le meilleur modèle possible pour votre enfant.

Apprendre à s’excuser, c’est identifier et reconnaitre les émotions désagréables que nos actes ont provoqué sur autrui.

Il s’agit donc

  • de se mettre à la place d’autrui en changeant de perspective (empathie).
  • de cerner le mécanisme de cause à effet de nos actes et donc d’être responsabilisé.

Rajoutons qu’un échange qui se termine mal est un échec. Le fait de trouver une issue positive indique qu’on s’inscrit dans une démarche constructive et collaborative.

Pour finir avec les vertus de l’excuse, je dirai qu’elle inculque le principe de réparation. Ainsi, un enfant qui commet une maladresse (orientée ou non vers quiconque) aura le réflexe de réparer son erreur (éponger une eau renversée ou encore s’excuser d’avoir fait pleurer un camarade). Les enfants apprécient d’avoir cette possibilité de réparer, cela leur soulage la conscience et les rend responsable.

Il est préférable de réparer plutôt que de culpabiliser.

 

Les mots à dire à son enfant

« Le problème ne disparaitra pas tant que tu ne te seras pas libéré la tête en t’excusant. »

 « Tu as cassé le jouet de ton frère. Qu’est-ce qu’il ressent selon toi ? »

« Qu’as-tu ressenti quand Mathis t’a présenté ses excuses pour t’avoir bousculé ? »

 « Je sais que tu étais excité quand tu as donné cette gifle à ton copain mais cela ne justifie pas ton acte. Il est important pour toi de t’excuser. »

 « J’ai vraiment apprécié que tu présentes tes excuses à ta soeur. »

 « J’ai lu le mot que tu as écrit pour t’excuser. Je t’en remercie. »

 

Les mots à ne pas dire à son enfant

« Tu as intérêt à t’excuser sinon… »

Ce type de menace fait passer les excuses pour des contraintes. Elles perdent ainsi tout leur attrait éducatif.

« Tes excuses ne sont pas sincères. »

Exiger la sincérité dans les excuses est trop ambitieux. De plus, nous présumons du sentiment réel de l’enfant en lui imposant notre point de vue (et nos reproches). Ce qui est important est que l’enfant comprenne les principes évoqués plus haut, le mécanisme de l’excuse et ses implications. Si vous-même exprimez votre contentement face à son comportement (« J’apprécie que tu t’excuses »), l’enfant éprouvera les émotions adéquates.

 

A lire :

« How to say it to your kids » Dr Paul Coleman.

 

Voici des articles qui pourraient vous intéresser :

20 phrases à dire à vos enfants pour qu’ils écoutent
25 techniques efficaces pour conserver son calme ou le retrouver
Comment ne plus crier sur ses enfants et rester zen
Les 7 compétences de vie essentielles à chaque enfant (+activités pour les développer)

Nous travaillons en ce moment sur un ebook à propos de la parentalité « épanouie ».

Pour être informé de sa disponibilité, n’hésitez pas à vous abonner à cette newsletter dédiée aux parents :

[wysija_form id= »3″]

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous ! 🙂