5 pistes pour mieux nous accepter (Christophe André)

imparfaits libres et heureuxDans « Imparfaits, libres et heureux », Christophe André nous donne 5 pistes à travailler régulièrement pour pratiquer l’acceptation de soi.

Cela nous permettra de surmonter certaines situations à risque.

Par exemple, nous ne nous acceptons pas quand :

– nous nous auto-dénigrons lorsque nous rencontrons des difficultés à atteindre nos objectifs quel que soit leur importance.

– nous avons un complexe d’infériorité face aux autres.

– nous nous reprochons de TOUJOURS tout échouer.

– nous croyons décevoir notre entourage avec des performances qui ne sont pas « à la hauteur » de leurs attentes.

– nous nous sentons sans cesse observé, jugé, critiqué.

– nous nous liquéfions face aux remarques de nos pairs.

– nous focalisons sur nos défauts plutôt que sur nos qualités.

– nous n’osons pas dire « non » aux autres.

– nous nous bloquons lorsqu’il est nécessaire d’avouer notre ignorance. Un simple « je ne sais pas » est impossible à proférer.

 

En bref,

on ne s’accepte pas parce qu’on est persuadé qu’il y a un danger à le faire.

5 pistes pour mieux nous accepter et vivre plus heureux

5 pistes pour pratiquer l’acceptation de soi :

1) Rester conscient.

Prenons tout d’abord conscience de ces moments où nous ne nous acceptons pas. Cette prise de conscience permettra de déconnecter le conditionnement inconscient et de commencer le processus de guérison des automatismes de non-acceptation de soi. Soyons attentifs lorsque nous nous énervons face à un contretemps, nous décourageons face à un échec ou encore quand nous n’osons pas avouer que nous avons besoin d’aide. Christophe André conseille de ressentir ce qui se passe en nous dès que nous nous disons « non ».

 

2) Dire « oui ».

L’étape suivante est de s’entraîner à dire « oui » dans sa tête et de considérer que les événements ne se déroulent pas comme prévu mais que nous l’acceptons. « C’est comme ça, même si cela m’ennuie. Je l’accepte. »

Les pièges à éviter sont de : se justifier, minimiser, nier.

 

3) Demeurer dans l’instant présent.

Le fait de se concentrer sur le moment présent permet de calmer les ruminations mentales. Ne vous projetez pas dans le futur, ne regardez pas le passé, portez votre attention sur le présent, factuellement. Pour faciliter cet ancrage dans la réalité et favoriser l’acceptation de soi, répétez-vous (ou écrivez) des phrases telles que :

« Prends soin de toi. »

« Pas de double peine. »

« Accepte et agis. »

Parlez et pensez au présent : je suis…, je fais…

La méditation pleine conscience en vous concentrant sur votre respiration contribuera à apaiser votre corps et votre esprit (voir cet article).

 

4) Travailler à accepter l’idée du pire.

Envisager le pire scénario possible permet d’empêcher le cerveau de tourner en boucle avec des hypothèses qui ne se réaliseront pas à 99%. Quelle issue redoutez-vous le plus ? Quelles seraient les conséquences ?  Que ressentirez-vous alors ? Est-ce vraiment dramatique ? Quelle serait la parade possible ?

 

5) Accepter le passé.

Renoncer à juger ou à détester, accepter ce qui a été et recommencer à vivre sont des actions qui permettent de faire la paix avec son passé. Je vous invite à lire cet article sur le pardon pour vous aider.

 

« Imparfaits, libres et heureux » est disponible sur amazon.fr, fnac.com et dans votre librairie préférée.

Amazon.com-LogoFNAC

 

 

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous sur Facebook ! 🙂