Les croyances et objectifs mirages derrière les comportements des adolescents

discipline positive pour les adolescentsUn adolescent qui cherche absolument à accaparer l’attention ou à prendre le pouvoir sur ses parents/enseignants va déclencher différentes émotions et réactions intenses comme de l’agacement, de l’énervement, de la culpabilité, de la déception, de la colère…Il en résultera des situations de grande tension et une frustration générale. Ces comportements sont guidés par la poursuite de mauvais objectifs qui ne répondent pas au besoin initial : les objectifs mirages.

Je vous invite aujourd’hui à découvrir ces objectifs mirages, les croyances erronées qui s’y cachent puis à aider votre ado à viser et atteindre le bon objectif en adoptant des comportements qui le rapprocheront de la satisfaction de ses besoins…et des nôtres. 

 

Objectifs mirages : définition

Objectifs mirages : buts vers lesquels tendent inconsciemment les enfants quand ils se sentent décourager.

Derrière chacun de ces objectifs mirages se cache une croyance erronée. Ainsi, les adolescents adoptent des comportements pour atteindre un objectif qui est censé satisfaire un besoin. Et comme l’objectif est faux, il y a un risque important que la situation s’aggrave et que le besoin soit encore moins satisfait.

Nous allons donc voir aujourd’hui comment guider les adolescents vers le comportement le mieux adapté à leur besoin en toute bienveillance.

 

Les 5 objectifs mirages

Il y a 5 objectifs mirages chez les adolescents :

1) Accaparer l’attention, demander et recevoir une attention privilégiée.

2) Être en situation de maitrise, prendre le pouvoir.

3) Prendre une revanche, restaurer son sentiment de justice.

4) Confirmer sa croyance d’incapacité et d’inadéquation.

5) Rechercher des sensations fortes.

 

Objectifs mirages/croyances erronées/vrai besoin/conseils

Nous allons maintenant étudier chaque objectif mirage, la croyance erronée qui s’y cache ainsi que le besoin et des conseils pour y répondre au mieux.

 

1) Accaparer l’attention, demander et recevoir une attention privilégiée.

La croyance erronée est : « Je compte seulement quand on me remarque ou que j’obtiens une attention spécifique privilégiée, que l’on fait des choses pour moi que je pourrais très bien faire moi-même. »

La demande relative au besoin : Remarquez-moi, impliquez-moi.

Conseils :

– impliquer l’adolescent dans des tâches qui le feront se sentir utile et responsable. Faites-lui confiance.

– lui dire : « tu comptes pour moi et je passerai un moment avec toi plus tard ».

– mettre en place des codes de langage non verbal pour signifier votre complicité et l’attention que vous lui portez.

– dire les consignes une seule fois (ne vous répétez pas).

 

2) Être en situation de maitrise, prendre le pouvoir.

La croyance erronée est : « Je compte quand je fais ce que je veux ou/et que je ne me plie pas à ce que vous voulez que je fasse. »

La demande relative au besoin : Laissez-moi participer, donnez-moi des choix.

Conseils : 

– lui demander de l’aide au lieu de lui donner des ordres.

– offrir des choix limités et appropriés.

– fixer des limites ensemble et les mettre en pratique.

– pratiquer des discussions familiales.

– être ferme et bienveillant.

 

 

3) Prendre une revanche, restaurer son sentiment de justice.

La croyance erronée est : « Je me sens blessé quand tu me traites comme si je ne comptais pas. Je crois que mon seul choix est de faire mal à quelqu’un en retour. »

La demande relative au besoin : Aidez-moi, je souffre intérieurement.

Conseils : 

– reconnaitre les sentiments de l’ado et proposer notre aide : « ton comportement me montre combien tu te sens mal, pouvons-nous en parler ? »

– pratiquer l’écoute active.

– Ne pas se sentir visé. Partager ses sentiments. S’excuser. Eviter punition ou réplique.

– remarquer et encourager les points forts.

– lui enseigner l’empathie.

 

4) Confirmer sa croyance d’incapacité et d’inadéquation.

La croyance erronée est : « J’ai envie de tout laisser tomber parce que je ne sais vraiment plus comment m’y prendre. Il n’y a rien à espérer de moi. Je n’apporte rien, je suis nul, et les autres le pensent aussi. »

La demande relative au besoin : Ne me laissez pas tomber, tendez-moi la main.

Conseils : 

– encourager toute initiative positive et souligner les efforts/progressions.

– construire à partir de ses centres d’intérêt.

– Ne pas vous apitoyer.

– Montrer votre confiance.

– L’aider à fixer des étapes intermédiaires.

 

5) Rechercher des sensations fortes.

La croyance erronée est : « Si je n’ai pas de sensations fortes, ma vie n’a pas d’intérêt, je m’ennuie. »

La demande relative au besoin : il n’y a pas de demande précise pour cet objectif mirage.

Conseils : afin d’éviter de tomber dans des comportements dangereux (alcool, drogue, vitesse, sexualité exubérante et non protégée,…), on peut proposer des activités « cadrées » qui offrent cette dose de sensations fortes.

– le sport (escalade, glisse, etc.)

– les voyages à l’étranger

– l’aide humanitaire et le service aux autres

– cours de conduite sur circuit

 

bouton lectureLa discipline positive de Jane Nelsen et Lynn Lott est disponible sur Amazon.fr .

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

1 réponse

  1. saliha dit :

    merci pour vos conseils

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous ! 🙂