Petit exercice pour restaurer son estime de soi

je dis enfin stop à la pressionJe vous propose de réaliser aujourd’hui un exercice en deux temps qui vous permettra de renforcer votre estime personnelle tout en détruisant les étiquettes qui vous limitent. Il est présent dans le livre d’Audrey Akoun et d’Isabelle Pailleau « Je dis enfin stop à la pression« .

 

Petit exercice pour restaurer son estime

Temps 1 : Restauration de l’estime de soi

Cette approche vise à soigner votre enfant intérieur.

  1. Installez-vous confortablement. Fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration.
  2. Rappelez le souvenir de l’enfant que vous avez été au moment où vous avez entendu les premières injonctions à la perfection.
  3. Adressez-vous avec bienveillance à lui en lui demandant de vous expliquer ce qu’il ressent.
  4. Dites-lui les phrases suivantes : »Tu as le droit de te tromper. » »Chaque erreur te permet d’apprendre. »

    « Je t’aime comme tu es. »

    « Tu as de nombreuses qualités et de nombreux talents. »

    « tu es parfait comme tu es car tu es unique. »

     

  5. Prenez-le dans vos bras et dites-lui que vous serez toujours là pour lui.

 

 

Temps 2 : Effacer les étiquettes et autres jugements parentaux.

Psychologiquement, nous avons souvent été « étiquetés » et jugés personnellement. Ces mots prononcés par des personnes aimantes sont devenus notre réalité, parfois douloureuses et bloquantes. Il est temps de se libérer de ce carcan pour enfin devenir ce que l’on est vraiment.

Pour cela, listez les étiquettes que vous avez entendues et intégrées de manière inconsciente :

feignant

égoiste

maladroit

lent

peu curieux

gros

peureux

 

Maintenant, en face de chaque mot, jouez votre propre avocat et réfutez systématiquement chaque jugement. Pour cela, votre cerveau a besoin d’une approche rationnelle et répétée. Voici comment procéder :

  1. Pour chaque étiquette, énumérez les moments où vous avez fait preuve du comportement inverse de celui suggéré par l’étiquette.
    Peureux : quels sont les événements pendant lesquels vous avez montré du courage.
    Egoiste : quand avez-vous fait preuve de générosité ? Peut-être cette fois où vous avez porté assistance à ce sans-abri ?
    Maladroit : listez tout ce que vous savez faire et calculez le pourcentage d’erreurs pour tout ce que vous réalisez sans problème : 0,05 %, 2% ?
    Peu curieux : à combien de sujets vous intéressez-vous ? Jusqu’où s’étend votre domaine de savoir ? Quelles sont vos passions ?
  2. Contactez vos relations actuelles par message ou téléphone et demandez-leur de vous aider à trouver des exemples qui contredisent les étiquettes de départ.
    « Hello, peux-tu me donner au moins un exemple de situation où tu m’as vu faire preuve de courage ? de curiosité ? »
  3. Imprégnez-vous de ces récits pour réécrire votre histoire personnelle. Racontez-vous celle qui vous fait du bien, celle qui se basera sur un point de vue dynamique : vos actes.
  4. Prenez conscience que nous sommes ce que nous faisons et que nous avons le pouvoir de décider de ce que nous voulons faire et de nous entrainer à le faire de mieux en mieux. Rien n’est figé.

Source :

Je dis enfin stop à la pression d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau est disponible sur :

 

Merci de partager cet article autour de vous.

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Carole dit :

    Bonjour, les injonctions à la perfection ne sont pas les seules causes du manque d’estime de soi. La première partie est trop superficielle. Le manque d’estime de soi peut être dû à beaucoup d’autres choses. Avoir des parents qui ne savent pas encourager, féliciter, soutenir leur enfant, par exemple, ni s’intéresser à lui, à qui il et et à ce qu’il fait, tout simplement.

Envie de réagir ?