Les conseils de Catherine Gueguen pour un coucher des enfants plus serein

Dans son livre « Vivre heureux avec son enfant », Catherine Gueguen nous donne de précieux conseils pour que le moment crucial du coucher ne devienne pas une épreuve quotidienne difficile.

 

  1. Accueillir nos propres émotions sans jugements
    Afin d’éviter que le stress devienne de la colère, Catherine Gueguen conseille de ne pas enfouir nos émotions mais plutôt de les identifier au même titre que le besoin non satisfait qui les a déclenchées. « J’ai besoin de … moments de calme, de sentir que je suis un « bon » père/une « bonne mère », de ne pas reproduire de scénario d’éducation que j’ai vécu, d’instants de complicité avec mon conjoint, de savoir que mon enfant est heureux et en bonne santé,… Cette verbalisation est bénéfique car elle diminue l’intensité des émotions.
  2. Exprimer nos émotions à l’enfant
    « Je suis nerveux quand je vois que tu te couches tard et le sommeil est essentiel pour ta santé et ton bien-être général. » De cette façon, l’enfant, par un jeu de miroir, apprendra lui-aussi à verbaliser son ressenti. Il  développera ainsi son intelligence émotionnelle.
  3. Reconnaitre les émotions de l’enfant
    « je comprends que tu préfères rester encore un peu avec nous plutôt que de dormir. » « Je pense que tu es triste, en colère. Est-ce cela ? ». Cette approche empathique soulagera l’enfant et l’apaisera.
  4. Apprendre à l’enfant à reconnaitre ses signaux de fatigue
    yeux qui picotent, bâillements, difficultés de concentration. Observons et remarquons à haute voix ce que votre enfant ne sait peut-être pas encore : son corps lui indique qu’il a besoin de dormir ! Cette prise de conscience est bénéfique pour la préparation au sommeil.
  5. S’adapter au rythme de l’enfant
    ordonner à un enfant de dormir va générer du stress qui peut rapidement déborder en tempête émotionnelle (et conflit). Il est donc important de se donner toutes les chances de ne pas céder à ce rapport de forces. Pour cela, et conformément au point 4, soyons attentifs aux signes de fatigues et n’hésitons pas à changer notre organisation pour que ne pas laisser passer l’heure de coucher « naturelle ».
  6. Les peurs nocturnes 
    les peurs sont réelles pour les enfants. Il est donc essentiel de les écouter et de ne surtout pas les dénigrer. Vous trouverez des ressources plus loin dans l’article.
  7. Le rituel du coucher : pierre angulaire d’un coucher réussi
    Le stress doit en être absolument exclu. Ce rituel commence dès le repas. Une astuce permet de donner une note positive : exprimer les plaisirs du jour à tour de rôle. D’autres conseils pour les repas ici.
  8. Besoin d’attention et réservoir d’amour
    l’enfant ne nous a peut-être pas vu assez car nous sommes rentrés tard. Accordons-nous des instants d’affection et de partage (avec la lecture d’une histoire ou encore un concours de câlins).
  9. Les pleurs la nuit : 

 

Autres facteurs à prendre en compte :

  • éloigner les écrans au moins 1 heure avant le coucher.
  • veiller à ce que l’alimentation ne soit pas riche en sucre (excitant).
  • être soi-même zen et souriant le plus possible (d’autant que le sourire a un effet rétro-actif sur notre humeur)

 

Outils :

 

Et pour les parents, j’ai un conseil simple :

Respirez profondément en suivant le rythme de la bulle ci-dessous pour repousser le stress et vous sentir bien. C’est simple et efficace. 🙂

 

« Vivre heureux avec son enfant » de Catherine Gueguen est disponible sur AmazonFnac, chez votre libraire ou dans la bibliothèque de votre ville.

Vous aimerez aussi...

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous ! 🙂