Le burn-out : le nouveau mal du siècle (par Boris Cyrulnik)

« Le burn-out révèle à quel point notre société surinvestit le travail et désinvestit les relations humaines et affectives. »

Boris Cyrulnik nous offre son point de vue sur ce mal du siècle, mettant en évidence l’impact de la violence relationnelle qui pousse les individus vers toujours plus d’isolement et de solitude.

Les solutions possibles pour retrouver l’équilibre :

  • remettre le travail à sa juste place
  • favoriser les rapports humains et la solidarité

 

Vidéo originale : http://www.femmeactuelle.fr/bien-etre/bien-dans-ma-tete/video-burn-out-cyrulnik-1948421

Source : Femmeactuelle.fr

3 réponses

  1. slautie dit :

    bon point sur la vision de la société, mauvais point sur la responsabilisation de la victime (là il y connait rien) : « parce qu’il a des soucis par ailleurs, parce qu’il attache tant d’importance à la réussite professionnelle qu’elle se déséquilibre ». Bien sur, c’est moi qui ait demandé à ce que l’entreprise délocalise (deux fois) mon service, en me coupant tout lien social, en me faisant faire le travail de 4 à 6 personnes avec un robot qui m’assigne la tache de travail et le tout sans reconnaissance…Il n’a pas compris que c’est l’organisation du travail qui crée le burn-out.

    • Tredez dit :

      Bonjour
      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous
      Effectivement ce n’est pas de votre faute si la société de localisé
      Mais l’ouvrier ne sais pas dire non prendre soin de vous est plus important si kes gens prenaient le temps de prendre soin d’eux ils seraient moins amené vers le burn -out et s’apercevrai qu’il serai et d’une plus productif et de deux profiter et ça c primordial de leur famille

  2. Chacha dit :

    Les entreprises actuelles, n’ont plus qu’un seul objectif et une vision : la rentabilité et surtout gagner le plus d’argent. Sans se poser de question. Sans se demander si cela conviendra aux employeurs. Alors tenir compte de chacun est difficile c’est vrai. Mais à courir derrières les chiffres, on en voit plus le coté humain. Et puis quand l’employé tombe malade, on lui fait des remontrances et quand il tombe en burn; l’entreprise se voile la face et ne voit pas d’ou vient la cause. Car bien sur c’est la faute de l’employé et non de l’employeur.
    A voir le nombre de gens qui tombent en burn out, il serait grand grand temps de se poser des questions et arrêter de fermer les yeux.
    Retrouvons notre coté humain et arrêtons de courir après les chiffres.

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous sur Facebook ! 🙂