Histoire inspirante : comment cette jeune orpheline devint Coco Chanel

« Il était une fois une petite fille qui toute sa vie masqua ses origines paysannes et préféra inventer sa légende.

Il était une fois Gabrielle Chanel, née sous le signe du lion d’un père marchand ambulant et bonimenteur et d’une mère lingère et repasseuse qui meurt à 32 ans épuisée par la vie.

Il était une fois un père qui abandonne ces cinq enfants et dépose en carriole ses trois filles à l’orphelinat.

Gabrielle a 12 ans, elle ne le reverra jamais.

Elle préféra croire et faire croire qu’il était parti faire carrière en Amérique.

Il était une fois un orphelinat derrière les murs d’un couvant.

L’abbaye d’Aubazine où Gabrielle passe presque sept années.

C’est dans la pureté romane de cet univers monacal que la jeune Gabrielle va puiser son sens du dépouillement et son goût pour le noir et blanc et c’est dans la luxuriance des vêtements  religieux et des objets liturgiques qu’elle va éprouver sa fascination pour le baroque, l’or et les pierres de couleurs.

Il était une fois une ravissante jeune fille qui le jour pousse l’aiguille et le soir la chansonnette dans un cabaret, devant des cavaliers en garnison.

On la surnomme Coco parce qu’elle chante souvent « Qui a vu Coco dans l’Trocadero ? ; elle préféra toujours prétendre que Coco était le surnom que son père lui donnait.

Il était une fois une jeune femme aux allures de garçon qui refuse de monter en amazone les chevaux d’un cavalier de bonne famille, Etienne Balsan.

Elle s’habille comme personne, s’inspire du vestiaire masculin et confectionne des chapeaux qu’elle décoiffe de leurs plumes et de leurs oiseaux pour les rendre plus simples, plus légers, plus chics.

Ses premières clientes sont les cocottes mais très vite les élégantes se précipitent.

Il était une fois un grand amour qui s’appelle Boy Capel.

Il est anglais, riche et cultivé.

Il sera l’homme de sa vie.

Il lui fait découvrir les grands textes, l’Orient et l’ésotérisme.

Il aide Coco à devenir Chanel, lui permet d’ouvrir ses premières boutiques à paris, Deauville et Biarritz.

Elle veut travailler pour gagner sa liberté.

Il était une fois une révolution quand, d’un coup de génie,  Coco Chanel transforme la silhouette des femmes. »

Je vous laisse découvrir la suite de ce destin hors norme.

Ce destin vous inspire ? Rêveriez-vous de connaitre un tel succès malgré les obstacles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.