L’art-thérapie et la psychologie positive

Il ne se passe pas un jour sans que je crée quelque chose. Mes principaux supports de créations sont un carnet et un crayon. Rien de très compliqué en soi. L’avantage est que je les porte toujours sur moi.

Cette habitude suggère à mon cerveau que la vanne à idées n’est jamais fermée. Dans le processus, ceci n’est que l’étincelle de ce qui suit. Car l’idée exprimée avec quelques mots ou une esquisse n’est que l’introduction/l’inspiration/la direction de l’oeuvre à venir.

Vous-aussi, donnez-vous la permission de créer en portant ce carnet sur vous.  Soyez patient cependant car le « déblocage créatif » peut prendre un peu de temps. Au risque de me répéter, ce qui est primordial est de signifier à votre inconscient que vous avez sur vous la possibilité de créer. Je vous propose d’aborder l’art-thérapie aujourd’hui, un excellent moyen de pratiquer la psychologie positive.

painter-4165_1280

Mais pourquoi créer ?

Créer rend heureux. C’est une raison suffisante. 🙂

Quand vous n’avez pas le moral, saisissez une feuille et rédigez quelques mots, ce qui vous passe par la tête. Puis commencez à dessiner autour de mots ou dans les mots. Faites-le jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux. Vous créez pour vous, vous ne montrerez votre création que si vous en avez envie ou si vous en éprouvez le besoin. Mais ce n’est pas l’objectif initial.

La créativité et l’art sont, selon moi, des moyens de rétablir le contact entre conscient et inconscient. Un peu comme un rêve éveillé. Cette introspection alliée à cette expression permettent de se libérer des pensées encombrantes ou de sublimer les pensées positives.

L’art libère l’imagination qui, à son tour, est capable de nettoyer notre mode de croyance et de pensée. Comme si nous revenions à cette innocence de nos premières années, cette spontaneité. D’ailleurs, ne nions pas cet effet « Madeleine de Proust » propice à la régression. Quand nous créons, nous détournons notre regard des impasses de notre vie d’adulte pour (re)découvrir des chemins dont nous avions oublié l’existence. Notre curiosité se réveille tandis qu’un « et si … » perd sa timidité pour élever la voix, se faire entendre, ouvrir le champ des possibles.

solo-violinist-619154_1280

Le but de la psychologie positive est d’accroitre la satisfaction personnelle, d’augmenter la joie de vivre et de permettre le bonheur.

via

Alors, oui, l’art-thérapie est un excellent moyen pour pratiquer la psychologie positive car :

– elle ancre dans le moment présent et calme le bavardage mental toxique.

– elle permet de découvrir ses forces et ses vertus, de les développer et d’atteindre l’état de « flux ».

– elle facilite la gratification et active le circuit de la récompense dans notre cerveau : efforts/résultats.

– elle clarifie nos pensées par leur expression sur un support réel.

– elle développe un sentiment de bienveillance envers soi-même.

– elle renforce ou rétablit la confiance en soi.

– elle fait baisser le niveau de stress.

– elle permet de se libérer de l’affect de notre passé en le sculptant, décrivant ou le dessinant.

– elle favorise la détermination et l’établissement d’objectifs  : essayez de dessiner ce que vous voulez obtenir dans la vie. Vous verrez… 🙂

– elle apprend à gérer ses émotions : poser des mots ou des illustration sur ce que nous ressentons est le premier pas pour apprivoiser nos émotions.

– elle donne l’occasion de multiplier nos compétences sociales : je vous conseille de vous inscrire à un groupe, les échanges sont propices à l’émergence des idées et le contact social fait du bien à notre cerveau.

easter-664804_1280

Mes conseils :

– commencez par vous servir d’un crayon et d’un carnet. Gardez-les sur vous pour donner le feu vert créatif à votre inconscient.

– testez plusieurs formes d’art : musique, sculpture, écriture, couture, peinture, arts plastiques, photographie, cuisine… et laissez-vous guider par le plaisir que vous ressentez en les pratiquant. C’est l’indicateur principal pour déterminer si vous utilisez une de vos forces. Je vous conseille de choisir au moins 2 formes d’art afin de jouer sur la sérendipité en cas de baisse d’inspiration ou de motivation sur l’une.

– allez au musée au moins une fois par mois. Cela développe la curiosité, la créativité et l’empathie. 

– intégrez des groupes ou des ateliers pour trouver de nouvelles idées et échanger. Veillez à ce que l’ambiance vous convienne. Notre cerveau est neuro-social !

– Marchez au moins 30 minutes par jour dans un cadre verdoyant. Cela booste la créativité.

– n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel pour vous guider.

street-art-465304_1280

 

Seb Lester nous donne un aperçu de son talent pour la calligraphie.

 

Conseils lectures :

Art-Thérapie : mettre des mots sur les maux et des couleurs sur les douleurs (Johanna Hamel et Jocelyne Labrèche)

Boostez votre créativité…et libérez votre artiste intérieur. de Sylvie Battle.

 

Art-thérapie : 100 coloriages anti-stress

1 réponse

  1. jo dit :

    Tout à fait d’accord zoe .:-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.