Comment remplir le réservoir d’amour des enfants (+ vidéo)

j'ai tout essayé

 

Les enfants (comme les adultes d’ailleurs) ont besoin de preuves d’amour pour se sentir en sécurité et s’épanouir.

 Isabelle Filliozat évoque ce réservoir d’amour, concept que tout le monde comprendra. Elle nous explique comment le maintenir au niveau nécessaire pour que l’enfant soit heureux.

Comment remplir le réservoir d’amour de votre enfant 

Nous pouvons remplir ce réservoir d’amour selon deux méthodes : verbale et non-verbale. Mais il est une notion primordiale à intégrer : nous devons accorder toute notre attention, surtout lorsque notre enfant s’interroge sur le fait que nous l’aimions ou si son comportement révèle ses doutes (« personne ne m’aime… »).

Donc, libérons-nous dès que possible et accordons toute notre attention à ce dialogue avec notre enfant en pleine conscience.

Preuve d'amour attention enfants

Répondre au doute

Pour répondre au doute d’un enfant :

  • Commençons par le regarder avec bienveillance.
  • Rassurons-le sur le fait que la question « Tu m’aimes maman/papa ? » est très importante et qu’il est normal de se la poser (ne nions surtout pas son ressenti car il ne se confiera plus dans le futur mais ses doutes « fermenteront »)
  • Asseyons-nous à côté de lui, prenons-le sur nous, mettons-nous à son niveau.
  • Accrochons son regard.
  • Disons-lui que nous l’écoutons (« je t’écoute, tu as toute mon attention).
  • Aidons-le à exprimer son ressenti : que ressent-il ? / d’où viennent ses doutes ? / à quel moment sont-ils apparus ?
  • Disons-lui que nous l’aimons et que nous sommes heureux(se) de l’avoir, que nous l’aimerons, quoi qu’il fasse.
  • Serrons-le contre nous et embrassons-le.
D’où le doute peut-il naitre

De nombreux évènements peuvent provoquer ce doute chez l’enfant :

– arrivée d’un frère ou d’une soeur

– adversité/ échec / séparation / dispute

– expressions qui remettraient en question l’aspect inconditionnel de l’amour : voir cet article ou encore celui-ci sur l’autorité.

– stress/mal-être chez les parents

preuve d'amour pour les enfants

Comment établir un cadre aimant 

Les preuves d’amour verbales 

Les expressions suivantes sont des preuves d’amour pour l’enfant. Elles sont à prononcer en accordant toute son attention à l’enfant (et sans les banaliser par profusion) :

– je t’aime

– j’aime te regarder grandir/jouer/dessiner…

– j’aime vivre avec toi

– je suis heureux(se) de t’avoir pour fils(fille)

– je t’aime parce que tu es toi

 

Dans le même registre verbal, je vous invite à vous inspirer des mots qui renforcent sa confiance en lui (voir cet article) ainsi que des 80 questions suivantes.

 

Les preuves d’amour non-verbales 

La preuve d’amour non-verbale la plus efficace est le temps exclusif que vous accorderez à votre enfant.

Isabelle Filliozat conseille de consacrer ne serait-ce que 10 minutes par jour de pleine disponibilité à votre enfant pour le nourrir d’affection et de tendresse.

Partagez du temps avec lui. Jouez avec lui, intéressez-vous à ce qu’il aime, questionnez-le avec de petites questions.

 

Multipliez les contacts : Comme le précise Isabelle Filliozat, « quand les besoins de contact de l’enfant ne sont pas suffisamment remplis, ses circuits cérébraux sont en manque. Crises de rage, de pleurs pour un rien, comportements excessifs sont autant de manifestations de détresse du système nerveux. Echanger des « je t’aime », faire un câlin ou jouer ensemble charge l’organisme en ocytocine, l’hormone du bonheur. »

 

D’autres idées pour prouver que vous l’aimez 

– cuisinez son plat ou son dessert préféré.

– laissez-lui des petits mots (ou des dessins) ou des notes adhésives  dans son livre de classe, sur le frigo, dans la voiture, etc.

– parlez-lui de son enfance…et de la vôtre.

– évoquez ce qu’il vous a raconté dans les jours ou les semaines précédentes. Echangez sur ses expériences.

– racontez-lui une histoire le soir.

– jouez avec lui.

– apprenez-lui à faire de nouvelles choses.

– tenez un journal de sa vie que vous agrémenterez de photos et d’objets.

– chantez-lui votre amour sur un air qui lui plait.

– faites le rire par des imitations, des mimiques, des chatouilles.

– offrez-lui un animal de compagnie (nous reviendrons bientôt sur ce point).

– faites une séance de photomaton « fou rire ».

– organisez une fête surprise et invitez copains/grands-parents/…

– venez le chercher à l’école quand ce n’est pas prévu.

– posez une journée ou une demi-journée de congé pour vous occuper de lui.

 

Et vous, quelles sont vos preuves d’amour ? Laissez un commentaire ! 🙂

 

Conseils lectures :

Je vous conseille d’adopter comme « guide » :

« j’ai tout essayé » d’Isabelle Filliozat (de 1 à 5 ans).

et « Il me cherche »  toujours d’Isabelle Filliozat (de 6 à 11 ans)

 

Bravo à Céline Alvarez pour la magnifique vidéo sur les gestes d’amour. 🙂

 

Nous travaillons en ce moment sur un ebook à propos de la parentalité « épanouie ».

Pour être informé de sa disponibilité, n’hésitez pas à vous abonner à cette newsletter dédiée aux parents :

[wysija_form id= »3″]

4 réponses

  1. Pétré dit :

    Pas facile d’éduquer même si on essaye de mettre toute sa bonne volonté

  2. Emeline dit :

    J’aimerais saisir le temps, le temps d’un instant, et lui dire tout mon amour. Dans cette folie qu’est notre vie, j’aimerais le saisir et lui offrir tout ce qui brûle en moi, tant de bienveillance et de fierté, d’amour et de joie, de le voir grandir, et s’épanouir. Je ne regrette qu’une seule chose, qu’il souffre de notre quotidien difficile, éprouvant. Des blessures profondes qui se créent en lui, pour des non-dits, ou des mots trop durs, qui créent des maux trop lourds. J’ai tant de peine de ne rien faire pour que ça change. Mon corps le cris, mon cœur le dit, mais rien ne change. Un jour je devrai partir, pour le guérir. Mais désormais il n’est plus le seul à en souffrir, et bientôt, son petit frère me demandera pourquoi, en sommes-nous tous là. J’ai mal à l’âme, j’ai mal au cœur, de me sentir ainsi impuissante face à mon indécision de partir. Alors qu’il est déjà tard pour décider de tout changer. Nous sommes pourtant parfois si heureux(ses). Je pleure de ne savoir comment les aider mieux.

    • Jeff dit :

      Bonjour, merci beaucoup pour votre message qui m’a touché. Peut-être pourriez-vous trouver quelqu’un avec qui échanger sur vos doutes et vos blessures. Votre besoin de réparer est puissant et permettra de vous engager dans un processus de résilience personnelle et familiale. Je peux vous conseiller de contacter notamment Sophie Lanis dans la sphère de l’accompagnement parental.Je suis aussi disponible en message privé pour partager d’autres ressources issues de l’éducation bienveillante. Merci encore pour votre confiance. À bientôt.

      • Emeline dit :

        Bonjour, merci pour votre réponse généreuse et elle aussi remplit de bienveillance. J’aime beaucoup vos articles que je trouve vraiment utiles et qui reflètent complètement ma façon de penser et d’éduquer mes petits. Mais il est certain que ce n’est jamais simple et qu’aucun parent ne peut être parfait. C’est pourquoi en parler, partager des connaissances et informations est pour moi très important. Vos articles sont riches et précieux. Merci de les créer et de poursuivre dans cette voie de l’optimisme. Merci de prendre le temps de répondre aux commentaires et de conseiller, guider, aider, si généreusement. Je vais découvrir le site de Me Lanis Sophie. A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.