L’insatisfaction est un moteur pour agir

Toutes les avancées majeures dans ma vie ont eu lieu quand je me suis senti insatisfait. Tous les reculs majeurs dans ma vie ont eu lieu quand j’ai ignoré mes insatisfactions. L’insatisfaction est un booster pour s’épanouir pour peu qu’on l’écoute.

Si je vous parle de cela aujourd’hui, c’est pour nuancer certaines idées reçues sur la psychologie positive, l’optimisme et la gratitude. La base de ces préceptes est une écoute de toutes nos émotions, agréables comme désagréables. Il ne s’agit pas d’enfouir ou de balayer d’un sourire tout ce qui nous met malaise, au contraire. D’ailleurs, les pensées négatives sont normales. Mais revenons sur l’insatisfaction.

L'insatisfaction est un moteur pour agir-2

L’insatisfaction passagère est nécessaire pour avancer dans la vie.

L’insatisfaction chronique est un frein.

Une chose est sûre cependant : on doit s’arrêter sur le sentiment d’insatisfaction. Se demander quelle est son intensité et d’où il provient. Si nous ne le faisons pas, des petits bouts d’insatisfaction vont se cumuler pour consolider une insatisfaction chronique qui,elle, va devenir bloquante.

L’insatisfaction est une alerte positive pour assouvir nos besoins. C’est vraiment la leçon qu’il faut retenir.

 

Mes conseils

Verbaliser est essentiel (et à l’écrit, c’est encore mieux) : “je me sens insatisfait car…”

Puis continuez le travail en jetant des idées sur le papier pour combler vos insatisfactions. On dépasse ainsi le problème pour regarder les solutions.

Commencez par écrire ce qui ne dépend que de vous :

“je peux…”

Puis interrogez-vous sur les ressources externes.

“Je peux faire ceci avec l’aide de …”

Maintenant, passez à l’action :

– agissez directement sur ce qui vous concerne exclusivement.

– préparez et formulez une demande écrite ou orale pour obtenir l’aide dont vous avez besoin.

– pointez quotidiennement vos efforts et le chemin parcouru (pas celui qui reste à parcourir). Il est plus motivant de concentrer son attention sur ce que nous avons fait.

 

Le processus n’est pas terminé.

Une fois que vous vous sentirez satisfait, écrivez-le et remerciez-vous ainsi que ceux qui vous ont aidé.

Après l’insatisfaction vient la gratitude.

 

Puis recommencez avec chaque insatisfaction.

 

Comment aider quelqu’un d’insatisfait ?

La meilleure aide que l’on puisse apporter à quelqu’un d’insatisfait est de remarquer son état sans juger ni accuser ni critiquer. “Je vois que ça ne va pas, tu sembles triste/mécontent.

Cette verbalisation externe va aider la personne à prendre la parole pour se libérer.

La deuxième étape est de proposer notre aide  : “comment puis-je t’aider ?” “Peut-on réfléchir ensemble à des idées ? ” , de témoigner “As-tu envie que je te raconte une de mes expériences ?” ou encore de rappeler des souvenirs de réussite en remettant la personne au centre de la résolution “te souviens-tu de ce problème que tu as surmonté alors ?”.

Si la personne refuse, rassurez-la en lui disant que vous serez là en cas de besoin.

 

Faut-il agir sans que la personne ne le demande ?

C’est déconseillé car elle peut se sentir en dû et refuser une solution qu’elle aurait pourtant suivi si elle l’avait trouvée seule. Restez dans votre rôle d’oreille attentive et d’attention bienveillante.

 

Comment lutter contre l’insatisfaction chronique ?

La règle est : une insatisfaction après l’autre.

Le but est de commencer par les plus récentes qui n’ont pas de racines trop profondes et de se servir de l’énergie positive des réussites pour traiter les plus anciennes.

On ne peut généralement pas se débrouiller seul pour venir à bout de ses insatisfactions. Une relation bienveillante sera la bienvenue pour échanger et avancer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.