5 outils pour lutter contre la tendance négative de notre cerveau

Notre cerveau est plus sensible aux pertes qu’aux gains. C’est un fait scientifique.
Ainsi, nous avons tous une propension naturelle à la frustration car dès lors que nous faisons un choix, nous ne pouvons nous empêcher de penser à ce que nous n’avons pas choisi…
Ce fait se vérifie par exemple lorsque nous devons sélectionner une chaîne de TV à regarder ou encore un plat au restaurant quand tous nous semblent si appétissants…
Ce problème du choix draconien face à une offre trop étoffée a notamment été étudié par le professeur de psychologie sociale de l’université de Pennsylvanie Barry Schwartz. Il a en effet étudié le degré de bien-être de consommateurs américains au fil des 30 dernières années, constatant une baisse inversement proportionnelle au développement de l’offre de produits.
Nous serions donc sujets à une forme de pessimisme qui focaliserait notre attention (et alimenterait nos ruminations mentales) sur ce que nous ne pourrions pas avoir au lieu de nous satisfaire de ce que nous avons.
Pour contrer cette tendance négative il existe plusieurs solutions révélées par les travaux en psychologie positive.
– appendre à se contenter de ce que nous avons et prendre conscience de la chance que nous avons (gratitude) de posséder ce que nous avons.
– Se concentrer sur le « faire » plutôt que sur « l’avoir » : quand nous agissions par passion et en nous appuyant sur nos forces, nous pénétrons dans un tunnel de focalisation qui nous évite de nous projeter dans le futur ou de regretter le passé. C’est ce que l’on nomme l’état de flux (flow).
– Se référer à nos sens : toucher, vue, ouïe, odorat,… et à notre respiration car ils nous permettent de recevoir des informations en temps réel sur la vie que nous vivons dans l’instant présent. Ici et maintenant.
– L’altruisme : car il calme l’ego et remplit le cœur (émotions agréables). De plus, l’altruisme se diffuse autour de nous.
– La joie et le rire : quand nous considérons la joie comme une boussole et prenons conscience de sa présence dans les actes les plus anodins, les doutes et la mauvaise humeur s’éloignent. Il a d’ailleurs été démontré que la joie et les autres émotions agréables augmentaient notre système immunitaire et allongeaient notre espérance de vie (préservation des télomères). L’humour est un précieux outil au service de la joie. Son marqueur est le rire !

Conclusion :
Nous avons le pouvoir de lutter quotidiennement et vaillamment contre les tendances négatives de notre cerveau grâce à la gratitude, la joie, l’état de « flux » ou encore l’altruisme.
Prêt à plus d’optimisme ?

 

Source : “Bonheur” de Sébastien Bohler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.