Douleur, dépression, inaction… 3 modèles de lettre pour guérir

Écrire une lettre est une méthode qui peut soulager de nombreux symptômes et améliorer notre vie. C’est ce que nous découvrons dans l’excellent live d’Elisabeth Horowitz « La courrier-Thérapie ».

Je vous propose aujourd’hui’ de vous inspirer de 3 modèles de lettre pour diminuer la douleur, guérir de la dépression ou mettre fin à l’inaction.

Le principe est d’adapter ces modèles afin de les personnaliser totalement et surtout d’écrire ce que vous avez sur le coeur à la lumière de votre expérience unique.

La lettre doit cependant respecter un impératif : être le plus possible tournée positivement.

Une fois celle-ci rédigée, vous pouvez la placer dans une enveloppe avec une adresse imaginaire (et la poster) ou encore brûler ces lettres pour symboliser le début d’une nouvelle ère dépolluée des pensées négatives du passé.

J’espère que cette méthode vous fera du bien.

 

Adieu à la dépression

« Chère dépression,

merci pour ta présence de tous les instants. Durant toutes ces années, tu m’as aidé(e) à me protéger du monde extérieur. Bien sûr, je me rends compte aussi que tu m’as isolé(e) et empêché(e)de vivre pleinement ma vie en m’éloignant peu à peu des personnes que j’aimais et des activités qui me tenaient à cœur, comme dessiner ou peindre. Je n’ai été disponible que pour toi. À présent, je comprends que les inconvénients de ta présence dépassent de loin les avantages. Nous allons devoir nous séparer. »

Adieu à la douleur

« Chère douleur chronique,

merci pour ta compagnie de tous les instants, mais nous sommes parvenus à un tel degré d’union que je ne parviens plus à exister sans toi. Au point d’avoir la sensation de disparaitre sous ton emprise. Certains jours, ta douloureuse présence m’empêche de travailler efficacement. En y réfléchissant, je me rends compte que tu as commencé à te manifester avec force, à t’imposer à moi juste après le divorce d’avec Alexandra, ma femme. Je suis en train de comprendre pourquoi. Je pense que tu m’accompagnes parce que certains aspects de cette ancienne relation conjugale ne sont pas encore résolus. Mais j’y travaille afin que tu relâches ton étreinte. »

Adieu à l’inaction

« Chère apathie,

tu es ma meilleure amie. Tu sais ce que j’aime le plus : boire, fumer, ne rien faire de mes journées et passer le plus de temps possible dans mon lit. Mais ceci est terminé. J’ai décidé de sortir de cette inaction. La première étape est de me lever chaque jour à 7/8 heures et de mettre toute ma motivation à barrer chaque ligne d’une liste d’actions que j’aurais soigneusement établie. J’ai fait le plein d’énergie pour atteindre mes objectifs maintenant. Il est temps.» 

 

Source : « La courrier-thérapie » d’Elisabeth Horowitz est disponible sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.