L’endormissement difficile et le sommeil des enfants « atypiques »

Dans son livre « J’aide mon enfant différent à s’épanouir« , Marina Faillot-Laloux, psychopédagogue en pédagogie positive, nous donne des outils pour accompagner au mieux nos enfants atypiques (dys, TDA/H, Haut Potentiel, Asperger,…).

Elle évoque notamment l’heure du coucher en soulignant que les enfants atypiques sont plus susceptibles d’avoir des difficultés à dormir du fait de leur agitation, de leur hypersensibilité, de leurs angoisses et des « ruminations » mentales qui perturbent leur flux de pensée.

De plus, ils rencontrent plus souvent des troubles du sommeil et ont des nuits mouvementées (cauchemars, insomnies, réveil difficile)…

L’auteure nous indique que leurs cycles du sommeil sont moins longs et plus nombreux, ce qui implique plus de sommeils paradoxaux, période pendant laquelle le cerveau réorganise les informations de la journée et consolide les apprentissages.

C’est pendant ce sommeil paradoxal qu’interviennent les rêves qui, contrairement  à ce que nous pourrions penser, sont des moments de forte activité neuronale. De plus, pendant le sommeil paradoxal, la production de sérotonine est inhibée. La sérotonine est l’hormone du bien-être. Un déficit déclenche une baisse de moral, de l’appétit, de la douleur et du sommeil.

Pour favoriser l’endormissement des enfants atypiques, Marina Faillot-Laloux nous offre 6 conseils :

  1. Reconnaitre et accueillir les émotions désagréables de la journée.  « As-tu vécu des expériences désagréables aujourd’hui ? Qu’as-tu  ressenti ? »
  2. Trouver les réactions positives et constructives à des émotions désagréables : « Comment pourrais-tu réagir la prochaine fois que cette situation désagréable se produit ? »
  3. Vivre un moment de relaxation : Respirer 3 fois profondément peut permettre de relaxer le corps et d’évacuer totalement les tensions. J’aime aussi le Body Scan (scan corporel) qui consiste à penser à chaque partie du corps en partant des pieds et à leur demander de se relaxer.
  4. S’offrir un moment de gratitude : « Quels sont les 3 plaisirs que tu as eu aujourd’hui ? »
  5. Se projeter positivement dans l’avenir : « Qu’est-ce que tu attends avec impatience demain ? » « Que vas-tu aimer faire ? » « Qui seras-tu content de retrouver ? »
  6. Terminer avec un câlin !

 

« J’aide mon enfant différent à s’épanouir » de Marina Faillot-Laloux est disponible sur :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.