Pourquoi nous entrons dans des jeux de pouvoirs avec les enfants ?

Suite à une de ses conférences à Mulhouse, Isabelle Filliozat répond aux questions des parents à propos des différents jeux de pouvoirs parent/enfant.

On comprend qu’ils trouvent leurs racines dans des interprétations et croyances (construites sur notre vécu) alliées à des réactions instinctives liées au stress.

En prendre conscience permet de déconnecter ces croyances, de retrouver notre calme, de prendre du recul, d’exprimer sans violence notre ressenti et d’ainsi aider les enfants à gérer leurs propres émotions et surtout, de ne pas entrer dans un jeu de pouvoir. Il n’est pas question de dominer un enfant mais de collaborer avec lui.

Pour reprendre un concept d’Analyse Transactionnelle, les enfants ne sont pas tout à tout des persécuteurs et nous ne sommes pas des victimes en quête d’un sauveur.

Persécuteur, Victime et Sauveur sont d’ailleurs les 3 côtés de ce que l’on nomme le triangle de Karpman, un douloureux système d’interaction entre individus qui se met en place de façon sournoise.

Nous le détaillons en dessous de la vidéo.

 

Le triangle de Karpman

Le triangle de Karpman, connu également sous le nom de triangle dramatique, est un triangle représentant les relations entre trois rôles d’un jeu psychologique dangereux : le Persécuteur – le Sauveur – la Victime.

victime bourreau sauveur sortir du cercle

Comme le résume parfaitement Christel Petitcolin dans son livre « Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ? » :

Le Persécuteur/Bourreau attaque, brime, humilie, donne des ordres et provoque la rancune. Il considère la victime comme inférieure.

Le Sauveur étouffe, apporte une aide inefficace, crée la passivité par l’assistanat. Il considère aussi la victime comme inférieure et lui propose son aide, à partir de sa position supérieure.

La Victime apitoie, attire, énerve, excite. Elle se positionne comme inférieure et cherche un Sauveur ou un Persécuteur pour conforter sa croyance.

Triangle de Karpman

Extrait de « boostez votre parcours professionnel avec le mind mapping »

Notons que ces rôles ne sont pas figés, ils sont interchangeables, parfois plusieurs fois dans une même journée.

Ce type de jeu est néfaste pour les individus et les relations. Il est donc important :

  1. d’en prendre conscience

  2. d’en sortir

  3. de refuser toute proposition de rentrer dans ce type de relation

L’impact de l’éducation et le rôle des parents

Notons que ces jeux sont fort répandus dans notre société occidentale et trouvent leurs racines dans notre enfance.

Exemple de scénario : l’enfant est une Victime évidente (car il est dépendant) et les parents jouent tour à tour le rôle de bourreau et de sauveur (via les compliments, les menaces, le chantage, les comparaisons, les jugements, les récompenses, punitions, etc.).

C’est comme cela que le schéma de ce jeu psychologique se met en place et se perpétue.

Mais il y a d’autres configurations possibles :

Le parent Persécuteur a peut-être été lui-même persécuté. Il reproduit donc ce qu’il a vécu en se montrant trop exigeant, anxieux, intolérant, répressif,… L’enfant sera donc privé de liberté, ne pourra pas montrer ses émotions, sera stressé et aura tendance à développer des complexes (notamment d’infériorité).

 

Le parent Sauveur sera trop laxiste et tentera sans cesse de plaire à son enfant. L’enfant deviendra capricieux, manipulateur et peu volontaire. Il ne développera pas son autonomie.

 

Le parent Victime est un parent infantile. Il ira même jusqu’à réclamer de se faire materner par ses propres enfants. Cette situation ne contribue pas au développement des enfants qui endosseront le rôle de Sauveur, négligeant leurs besoins au profit de la satisfaction et de la reconnaissance d’autrui.

 

Sortir du triangle via la communication non violente

Pour sortir de ce jeu psychologique, il est essentiel de se recentrer sur nos propres besoins. Puis de s’exprimer de telle manière que les autres ne ressentent pas de culpabilité, de peur, de honte,…

Pour cela, une discipline s’impose : la communication non-violente de Marshall B. Rosenberg.

La communication non-violente est un langage créé par Marshall B. Rosenberg. Les moteurs de la CNV sont la bienveillance et l’empathie. C’est pourquoi elle trouve parfaitement sa place dans l’éducation positive et dans la communication positive en général. Notez qu’il suffit d’une seule personne qui la pratique pour pacifier les relations.

La CNV s’articule autour de 4 étapes réunies sous l’acronyme : OSBD :

  • Observation (O) : décrire la situation sans juger
  • Sentiment (S) : exprimer les sentiments et attitudes suscités dans cette situation en employant le « je »
  • Besoin (B) : identifier et exprimer les besoins (un besoin insatisfait = émotion désagréable) ,
  • Demande (D) : faire une demande respectant les critères suivants : réalisable, concrète, précise et formulée positivement. Si cela est possible, que l’action soit faisable dans l’instant présent.

Le bonhomme « OSBD »

Le bonhomme « OSBD » aide à fixer les idées et à retenir la méthode :

©gwalarn

©gwalarn

 

La phrase complète :

Face une situation, voici ce que vous pourriez dire façon CNV :

« Quand je vois/j’entends [décrire la situation sans juger], je ressens [citer l’émotion ressenti] car j’ai besoin [décrire le besoin] alors je demande [citer l’action qui viendra satisfaire le besoin].

 

Les outils :

Afin de « maitriser » la CNV, vous aurez besoin de connaitre le vocabulaire et les besoins (et de les enseigner à vos enfants).

Pour cela, je vous invite à consulter ce PDF mis en ligne par spiralis.ca qui contient même les faux-sentiments, ceux qui sonnent plutôt comme des culpabilisations.

 

 

Références :

Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ? de Christel Petitcolin

« Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) » de Marshall B. Rosenberg

« Boostez votre parcours professionnel avec le mind mapping »

« Êtes-vous ce que vous voulez êtres ? » de Camille Lagrenaudie et Alexandre Bernhardt.

« Des jeux et des hommes » d’Eric Berne

Vous aimerez aussi...

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous ! 🙂