Education positive et peur de l’échec : « L’enfant a le droit de se tromper »

Claire Blondel est ingénieur de formation, maman et entrepreneur.

Elle nous invite à réfléchir à l’éducation de nos enfants. Elle partage son expérience internationale et relate à travers son parcours et celui de sa famille les dangers de l’éducation « à la française ».

La peur de l’échec est un frein à la créativité, à l’entreprenariat et au final au bien-être.

Les 4 conséquences de la peur de l’échec :

– l’intolérance

– l’estime de soi

– manque d’autonomie face à l’erreur

– manque de persévérance

 

Comment procéder pour éviter cette peur de l’échec ?

– Autoriser les enfants à se tromper

– Féliciter, valoriser les efforts (Voir cet article)

– Attirer l’attention sur les réussites passées et présentes

– Prôner le plaisir d’apprendre sans notion de résultats

 

Ces 4 points sont valables pour les enseignants et les parents. N’oublions pas que le socle éducatif et les valeurs sont d’abord posés dans l’environnement familial.

 

Réflexions transverses :

  • Et si nous arrêtions de parler de réussite en nous fixant une nouvelle norme sociétale : le bonheur.

Il est prouvé qu’il n’y a pas de réussite sans bonheur.

  • Et si cette notion était inculquée aussi dans les entreprises ? Des employés heureux sont plus créatifs et productifs.
  • Et si nous prenions en compte tous les styles d’intelligence, tous les talents en inventant de nouvelles techniques pédagogiques.

1 réponse

  1. Migam dit :

    au lieu de parler de réussite ou d’échec, pourquoi ne pas parler d’apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.