Neurosciences : la méditation aide à pardonner et à faire preuve d’empathie

On désigne sous le nom de substance (ou matière) grise la partie des tissus du système nerveux central composée essentiellement des corps cellulaires et de l’arbre dendritique des neurones ainsi que de certaines cellules gliales (via).
Les personnes qui ont une densité de matière grise importante dans la zone du cortex chargée de ce que l’on appelle le « système de mentalisation » ou la « théorie de l’esprit », soit notre capacité à imaginer les pensées de l’autre, sont celles qui ont le plus de facilité à pardonner et à faire preuve d’empathie.
Bonne nouvelle : grâce à la neuroplasticité, cette densité de matière grise peut se développer en pratiquant la méditation comme nous l’indique Thomas Baumgartner dans le magazine Sens & Santé n°10.

En pratique

Voici une sélection de méditations autour de l’empathie, du pardon et de la bienveillance :

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.