10 astuces efficaces pour développer la confiance en soi des enfants

La confiance en soi dépend beaucoup du dialogue intérieur que nous établissons. Ce dialogue provient souvent de ce que l’enfant a entendu de la part des adultes autour de lui.

« Tu vas tomber »

« Tu es maladroit.e »

« Tu es doué.e » (voir les conséquences des étiquettes y compris positives)

Bref, les « tu es » et autres mimiques faciales qui révèlent les pensées et émotions cimentent les croyances limitantes.

Ainsi, un enfant peut grandir en se disant qu’il n’a pas confiance en lui, définitivement. C’est ainsi. Maman ou papa dit la même chose tout le temps de toute façon (« je n’y arriverai jamais » « Je suis nul.le »). Cela doit être de famille…une sorte de malédiction jetée par un sorcier qui s’est vengé parce qu’il n’avait pas confiance en lui (sauf quand il préparait sa soupe au potiron, excellente d’ailleurs !)

Et bien non, ce n’est pas de famille. Et ce n’est pas une malédiction.

Et nous pouvons planter des graines de la confiance en nos enfants (ce n’est pas douloureux).

Voici 10 idées pour cela :

  1. En arrêtant de juger leur personne mais en se concentrant plutôt sur leurs actes et ils se diront : « Je peux évoluer. Je n’ai aucune étiquette sur moi. Les étiquettes sont pour les bocaux de confiture. » « Papa a remarqué mes efforts! » « Maman a aimé la couleur que j’ai utilisée pour peindre cette porte » [Voir compliment descriptif]
  2. En cessant de nous dénigrer nous-même (oui, nous parents) et en demandant de l’aide (puis en remerciant car cela renforce les liens sociaux et donne le sourire) : « Ok. Je ne sais pas faire ceci. Je peux apprendre à le faire auprès de quelqu’un. »
  3. En légitimant (au lieu de stigmatiser) le manque de confiance en soi temporaire : « Tu as le droit de douter. Ton cerveau analyse la situation. C’est un signe de sagesse. »
  4. En soulignant régulièrement les décisions et les choix de l’enfant : « Oh ! Tu as décidé ceci ! » « Quels sont tes choix dans cette situation ? » « Qu’en penses-tu ? »
  5. En remarquant que les postures influencent les pensées : « Tiens, c’est étrange. Quand je marche d’un pas assuré et en souriant, je me sens confiant.e. Mon corps influence mes pensées ! C’est bon à savoir ! »
  6. En interrogeant l’enfant sur les personnes qu’il admire car elles ont confiance en elles : « Si tu es capable de détecter la confiance en soi chez ton héros préféré, c’est qu’elle est aussi en toi »
  7. En chantant et sifflant : « La la la lalala la » Chanter libère et rend heureux et confiant.
  8. En se souvenant des succès de l’enfant et de son processus de progression : « Tu te souviens quand tu as réussi à attacher ton manteau tout seul pour la première fois ? »
  9. En lui proposant d’encourager et aider es autres : l’altruisme donne des ailes et calme l’ego-centrisme.
  10. En jetant cet article car, au fond (à droite),  réfléchir sur le manque de confiance en soi et craindre le manque de confiance en soi d’un enfant, c’est lui donner de la consistance. Alors, agissons simplement. Et ayons confiance dans les capacités de l’enfant : « Je t’aime et je crois en toi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.