10 façons d’aider à améliorer le vocabulaire de votre enfant

L’idée de cet article est de partager avec vous les techniques que j’utilise depuis des années pour permettre à mon fils d’acquérir un vocabulaire nécessaire à sa liberté :

– liberté de lire de plus en plus de textes et d’histoires selon ses affinités.

– liberté d’exprimer ses opinions, ses émotions et ses pensées sans obstacle.

– liberté de dialoguer avec des personnes de tous les âges.

– liberté de déchiffrer et de comprendre le monde qui l’entoure.

read-316507_1280-2

Ces techniques ont le mérite de n’être absolument pas contraignantes.

 

1) Nous dialoguons beaucoup :

C’est la base. L’écoute et le dialogue permanents sont les piliers de l’apprentissage de l’enfant.

Au plus vous échangerez, au plus il apprendra. Au plus vous lui accorderez de l’attention, au plus il se développera (voir cet article).

 

2) Je diversifie mon langage et m’arrange pour le positionner dans un contexte évident :

Nous sommes les premiers modèles pour nos enfants. Ils nous observent, nous analysent et nous imitent (merci les neurones miroir !)

Afin de familiariser mon fils à de nouveaux mots, je remplace régulièrement des mots connus par leurs synonymes moins habituels.

Ainsi, « compliqué » devient « complexe » par exemple.

Notez que pour faciliter la compréhension, je place le mot nouveau dans le contexte idéal en évitant dans un premier temps un jeu de mots ou le second degré qui pourrait créer de la confusion. L’humour viendra plus tard, avec la pratique.

 

3) Je parle en souriant, en y mettant le ton et en y associant une gestuelle adaptée :

Associez une émotion à une information et elle sera mieux assimilée. Lorsque je prononce des mots différents dans un but d’apprentissage, je prends soin de sourire, d’y mettre le ton (voire même de chanter ou de faire des rimes) et de me servir d’une gestuelle adaptée . L’enthousiasme et l’énergie sont communicatifs et il aura à son tour envie de gouter à cette expérience.

Le ton, la musicalité et la gestuelle stimulent la mémorisation.

 

4) Je m’appuie sur les histoires et les poésies :

Je lisais fréquemment des histoires du soir à mon fils. Puis je l’ai invité à prendre le relai maintenant qu’il sait lire. Cela lui permet de progresser en lecture et de cerner le sens des mots. De plus, il est extrêmement fier de se débrouiller seul et de me divertir.

Je le questionne sur certains mots ou l’interroge sur le scénario. Je lui rappelle aussi que je suis à son écoute s’il a des questions.

Les histoires favorisent le stockage des mots dans la mémoire. Elles développent aussi l’imagination.

 

5) Je lui ai offert un répertoire et un dictionnaire adapté à son âge :

Il note les mots inconnus dans un répertoire. Un répertoire est idéal pour 4 raisons :

– il lui permet graver plus facilement les mots dans sa mémoire en les écrivant.

– il apprend à se servir d’un dictionnaire pour chercher l’information qui l’intéresse.

– il lui sert de « journal intime ». Son expérience et son évolution sont jalonnés par des mots.

– il gagne en autonomie et en confiance en lui.

 

6) Les jeux :

La méthode ludique est très efficace. On adore le scrabble junior par exemple. Le fait de manipuler les lettres et un plus.

Le jeu du pendu et autres mots croisés sont aussi très profitables.

Nous nous servons aussi de quiz en alternant les rôles de questionneur/questionné.

 

7) L’ajustement au fil de l’eau :

Je n’hésite pas à corriger mon fils (et à me corriger ouvertement) en cas d’erreur de prononciation ou de grammaire. Je pratique ces ajustements avec bienveillance. Patience, calme et répétitions sont la clé.

 

8) L’imagier :

Dès que je le peux, je dessine un mot pour lui faire comprendre sa signification. C’est la technique de l’imagier.

Ensuite, je lui demande de le dessiner à son tour. Le cerveau est friand des images.

 

Je duplique cette technique avec des objets du quotidien. Dans le salon, il n’est pas rare que je colle une note adhésive sur une lampe, un livre ou un meuble avec une phrase contenant un nouveau mot. La couleur d’une note accroche l’oeil et le mot est rapidement mémorisé car il est associé à un emplacement (méthode des loci)

 

9) Les podcasts et chansons :

Afin d’utiliser le canal auditif pour la découverte et la mémorisation de nouveaux mots de vocabulaire, j’ai deux astuces :

– Je passe de la musique adaptée à son âge ou des chansons françaises.

– Je diffuse dans la voiture des podcasts « safe » en choisissant des sujets qui évoquent ce que nous avons déjà vu ensemble ou ce qu’il a découvert à l’école.

J’évite cependant les informations (les news) au contenu parfois choquant.

Le but est de l’habituer à de nouveaux mots et de les entendre prononcer par d’autres personnes que moi.

 

10) L’environnement et la curiosité :

Je laisse trainer des livres (dignes d’intérêt pour lui bien  sûr), sciemment. Je lui fais ainsi comprendre qu’ils sont à disposition et qu’il peut les feuilleter.

Mais ce réflexe est déjà ancré en lui car je lui ai montré quels « trésors » se cachaient au milieu des pages. Nous sommes là pour guider. 🙂

 

 

Pour vous aider, voici les supports dont je me sers :

Scrabble junior

(disponible sur Amazon.fr).

scrabble junior

 

La gamme des quiz fizz

(disponible sur amazon.fr)

quiz fizz

 

Dictionnaire Larousse 7/11 ans

(disponible sur amazon.fr)

dictionnaire Larousse

 

Une histoire pour chaque soir

(disponible sur amazon.fr)

une histoire pour chaque soir

 

 

Mon imagier de tous les jours :

(disponible sur amazon.fr)

mon imagier de tous les jours

 

Contes audio : contes pour enfants pas sages :

(disponible sur amazon.fr)

contes pour enfants pas sages

 

 

Pour plus de conseils, n’hésitez pas à me contacter.

 

 

 

Envie de réagir ?

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous sur Facebook ! 🙂