Les clés d’une communication saine et vivante par Jacques Salomé (T’es toi quand tu parles : partie 1)

t'es toi quand tu parles

Je vous propose aujourd’hui un premier article sur le livre de Jacques Salomé « T’es toi quand tu parles ». Nous allons y aborder les bases de la communication, les besoins qui s’y cachent, comment la rendre vivante, de quelle manière s’exprimer pour contruire plutôt que détruire, préférer la confrontation à l’affrontement,… autant de thèmes qui s’adressent aux parents et adultes pour former des générations mieux-communicantes et changer nos habitudes. D’ailleurs, l’école tient une place de choix dans ce projet.

 

Qu’est-ce que communiquer ?

Communiquer, c’est mettre en commun soit des différences, soit des ressemblances, à partir de 4 besoins fondamentaux :

  • Celui d’être reconnu
  • Celui d’être entendu
  • Celui de s’affirmer
  • Celui d’être approuvé

Happy Mother'sDay!-2

4 positions relationnelles essentielles :

Il existe 4 positions relationnelles essentielles dans notre communication.

Je cite l’exemple de Jacques Salomé pour les illustrer.

Si on vous dit :  « Je suis allé au cinéma, j’ai trouvé le film « Entre amis » exceptionnel, formidable. J’ai passé une soirée fabuleuse, j’irai revoir ce film avec plaisir. »

On peut réagir ainsi :

 

1) Le subir sans pouvoir me dire :

« Ah bon, tu es allé au cinéma… »

 

2) Le refuser ou disqualifier le discours de l’autre, rejeter son action ou sa position :

« Oh non alors ! il n’y a pas assez d’humour, moi j’ai été déçu, j’attendais autre chose … »

« Toi, si on te prive de cinéma, tu n’existes plus ! »

 

3) Le recevoir et confirmer ce que me dit l’autre, avec ma différence :

« Oui, tu sembles avoir eu beaucoup de plaisir à vois ce film ! Moi, je ne l’ai pas encore vu, j’en ai entendu beaucoup de bien. »

 

4) L’amplifier ou  prolonger l’apport d’autrui :

« Tu sembles emballé, tu as envie d’en parler ? »

« Qu’est-ce que tu as trouvé d’exceptionnel dans ce film ? »
sculpture-430648_1280

Relationnel plutôt que réactionnel

Selon Jacques Salomé, nous sommes, dans la plupart des échanges du quotidien, essentiellement réactifs : en position de contre ou de soumission. Cela amplifie les malentendus et les rapports de force.

Alors que le relationnel peut être employé comme un moyen de mettre en relation, de relier, de prolonger ou de confirmer qui se passe entre l’autre et moi, d’ajouter mes idées aux siennes…

L’équilibre est loin d’être simple à garder car, naturellement, chacun essaiera d’influencer l’autre. Et que dire des besoins d‘affirmation  et d’approbation ? L’un consiste à dire franchement, sans mensonge, ce que l’on pense alors que l’autre nous pousse à travestir ce que nous pensons pour obtenir une approbation.

 

Les clés des relations vivantes  :

Jacques Salomé définit une relation vivante selon quatre possibilités de valeurs équivalentes :

  • Oser demander
  • Oser donner
  • Oser recevoir
  • Oser refuser

Nous avons tous des déficits dans au moins une de ces valeurs. En prendre conscience, c’est débuter un travail sur soi afin de changer nos habitudes.

school-649390_1280

L’école pourrait être un terrain propice à l’apprentissage des relations humaines 

Jacques Salomé aimerait que l’école enseigne la bonne manière de communiquer. Ce n’est aujourd’hui pas le cas.

Les enseignants demandent et donnent majoritairement mais reçoivent peu…

Ainsi, les élèves demandent peu et reçoivent trop massivement.

Tout se passe comme si la relation était en sens unique du haut (l’enseignant) vers le bas (l’enseigné).

L’un propose et impose tandis que l’autre se soumet, accepte et s’oppose.

 

Il n’y a pas de place pour une influence de l’enfant sur l’adulte dans l’école actuelle.

Jacques Salomé T'es toi quand tu parles

 

 

 

Propositions pour des communications vivantes 

 

1) Reconnaitre autrui dans sa différence 

Reconnaitre autrui dans sa différence, c’est confirmer que ses sentiments lui appartiennent et qu’il a été entendu sans juger.

« Oui, aujourd’hui, pour l’instant tu ressens cela. »

« J’entends que cela t’affecte, souhaites-tu en parler ? »

On peut aussi témoigner personnellement (mais c’est délicat car notre interlocuteur veut surtout être entendu) :

« J’ai été confronté à une situation identique l’an dernier, je me suis retrouvé dans une grande confusion. »

 

2) Me reconnaitre dans mes différences

Il s’agit ici de témoigner au présent.

« Voici ce que je sens, ce que je pense. »

« Je parle de moi, je ne parle pas sur toi. »

« Voici ce que j’ai vécu, et ce qui m’a touché/blessé/fait plaisir. »

 

3) Reconnaitre mes résistances au partage, et aussi celles de l’autre

Les phrases à éviter sont :

« Tu ne m’écoutes jamais ! »

« Tu ne me dis jamais rien. »

« J’en ai marre de parler dans le vide. »

« Je ne peux pas écouter ça ! »

« Ce que tu me dis ne me concerne pas. »

 

4) Reconnaitre les possibles de l’autre

L’idée de cette proposition est de comprendre ce que savent et croient les autres.

Ainsi, en tant que parents, nous présumons souvent de que savent nos enfants. Ecoutons leurs croyances et aidons-les à avancer par ajustement de leurs propres réflexions et actions.

L’idée n’est pas de soumettre mais d’entrer en empathie pour parler sur un même terrain d’écoute, d’entente et d’échange. C’est une démarche collaborative et constructive.

 

Confronter ou affronter ?

La confrontation est différente de l’affrontement. Pour l’un, nous mettons en parallèle nos points de vue, pour l’autre nous les opposons.

Pour un parent, accepter cette confrontation est une manière de rétablir l’équilibre dans les clés de la relation : demander, donner, recevoir, refuser.

J’aime cette citation d’un ex-enfant présente dans l’ouvrage :

« Ils croyaient m’avoir donné l’essentiel en faisant que je ne manque de rien. Ils avaient oublié de me donner la possibilité de dire non et de m’opposer à eux… »

 

« T’es toi quand tu parles » est disponible sur Amazon.fr (6,20€).

bouton commander sur amazon

 

 

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Envie d’avoir une vie plus positive ? Rejoignez-nous sur Facebook ! 🙂