L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde. Nelson Mandela

« L’éducation est l’arme la plus

 

 

Vous savez avec quoi rime « éducation » ? Imagination !

Et elle se travaille. C’est comme un muscle. Mais elle se fatigue aussi si elle ne voit pas d’aboutissement concret.

En gros, pour apprendre, il faut imaginer. Pour avoir envie d’imaginer, il est nécessaire que la curiosité ait été piquée.

Pour que la curiosité soit piquée, il faut parler le même langage que la personne que l’on souhaite éduquer ou former et faire naitre l’étincelle créative.

Au bout d’un certain temps, cette curiosité devient une habitude. C’est comme si la pompe était actionnée.

Pourquoi la curiosité devient une habitude ?

Parce qu’elle mène à l’acquisition d’un savoir qui déclenche des émotions positives (comme le plaisir). Qui ne cherche pas à reproduire des expériences positives ??? 🙂

 

Ainsi, si vous ne parvenez pas à faire briller de plaisir les yeux d’un enfant (on dit pétiller!), l’éducation sera très difficile…

 

Pour parvenir à déclencher le plaisir chez un enfant (ou n’importe qui), il faut soi-même connaitre cette exaltation.

Donc, si vous ne gardez que des mauvais souvenirs de votre enseignement, vous ne parviendrez pas à communiquer l’envie chez votre enfant.

Mais je vous rassure, le cerveau est puissant et rapide. Et en quelques secondes, vous pouvez vous-même changer vos pensées pour ressentir du plaisir.

Comment ?

Faites appel à vos souvenirs ! Faites remonter à la surface de vos pensées un très agréable souvenir de classe. Un jour où vous avez ri aux éclats, où vous avez décroché une très bonne note, où on vous a félicité, où vous avez soudain compris un problème mathématique ou le sens d’un texte de littérature (eurêka !)…

Appelez ces images dans votre tête et replongez-vous dedans. Eprouvez les émotions comme si vous regardiez un magnifique film dont vous seriez l’acteur. Voyez avec vos propres yeux la scène, vos amis, les murs, le vent qui agitait les branches dehors, le regard bienveillant de votre maitresse (ou maître), l’odeur de la craie, les chuchotements de vos camarades, les sourires, le papier en boule qui trainait par terre…

Ceci est votre bulle d’éducation positive. C’est le moment que vous devez rappeler lorsque vous avez besoin d’être un excellent éducateur. En vrai, ce sont vos pensées qui ont déclenché ce processus chimique dans votre corps. Votre cerveau est une véritable pharmacie ! Si vous lui donnez une ordonnance précise et positive, il vous délivrera gratuitement des potions magiques pour être heureux. Et le stock est illimité !

 

Maintenant que vous êtes en toute confiance, passez à la phase de transmission de l’information. Aidez votre enfant à comprendre comme vous l’avez fait dans le passé. Indiquez-lui qu’il fait ce que bon lui chante dans sa tête pour retenir une leçon. Il y a là-dedans un théâtre immense. Les décors et les acteurs sont à ses ordres. Il peut faire et leur faire faire n’importe quoi.

 

Il ne parvient pas à retenir une poésie ?

Faites parler ses jouets façon Toy Story ! ça l’étonnera et l’amusera, c’est génial !

Vous pouvez aussi vous-même imiter des personnages de dessin animé ! Quels sont ces préférés ?

Et pourquoi ne pas transformer la poésie en dessin ? Après tout, une image vaut mille mots !

Récemment, mon fils avait une poésie d’une page à apprendre. J’ai testé une technique qui lui a permis de l’apprendre en 20 minutes.

Comment ?

Nous avons pris les vélos et sommes partis en ballade dans un village voisin :

L’exercice physique et le fait de prendre l’air dans la nature sont propices au bon fonctionnement du cerveau.

Nous nous sommes arrêtés près d’un lac. Il y avait une cabane de pêcheur. Des affiches indiquaient que se pratiquait la pêche à la truite ici.

Je lui ai fait remarquer qu’on voyait le clocher du village à l’horizon. Un clocher avec un toit jaune. Je lui ai demandé si il voyait d’autres détails intéressants.

Il est donc passé en mode observation. J’ai pris quelques photos avec mon smartphone pendant ce temps.

J’ai répété 3 fois dans quel village nous nous trouvions avec des indications de localisation par rapport au lieu d’où nous étions parti. Ceci afin qu’il s’imagine où nous étions du point du vue spatial.

Puis nous avons commencé à réciter la poésie. Mais en chantant, enfin, en rapant plutôt puisque les rimes s’y prêtaient. En 10 minutes, la première partie de la poésie était parfaitement acquise.

On est remonté sur les vélos et hop, nouvelle escale. Et on reproduit les mêmes étapes.

10 minutes plus tard, il récitait parfaitement la 2eme partie de la poésie.

Puis la totalité.

 

Il me demanda lui-même de la réciter pendant que nous pédalions puis avant qu’il se couche.

Il la savait sur le bout des doigts. Mieux ! Il l’avait comprise et était capable de se l’imaginer ! Les repères spatiaux l’aidaient car il les associait aux informations qu’il avait acquises sur place.

 

Mais la suite est encore mieux :

Cette méthode peut se reproduire à l’infini. En effet, comme cette expérience est une réussite et est synonyme de plaisir, il me suffit de l’évoquer (par le biais d’un détail précis sur lequel j’ai insisté sur place ou en montrant une des photos sur mon smartphone) pour que le cerveau soit dans une disposition parfaite pour apprendre.

 

Ce que vous lui montrerez dans la réalité sera le socle de ce qu’il imaginera par la suite. Pour aider le cerveau à ranger les souvenirs, associez-y des données spatiales et faites remarquer des détails. Ajoutez une once de plaisir via le jeu et le souvenir sera à disposition pour toute sa vie !

 

Je me suis autant amusé que lui dans cette expérience. On a partagé un véritable moment de joie. Le flux ne serait pas aussi bien passé si j’avais été stressé ou obnubilé par l’idée qu’il ne parviendrait jamais à assimiler cette poésie.

 

« Par coeur » signifie surtout « avec le coeur ». Car il faut ressentir des émotions positives pour apprendre.

 

Voilà ce que je voulais vous dire aujourd’hui.

 

PS: « et si je n’ai aucun souvenir d’expérience positive dans l’enseignement ? »

Fabriquez-en un. Vous avez déjà vu des films où les étudiants sont exaltés d’apprendre ? Regardez le Cercle des Poètes Disparue par exemple.

Visionnez plusieurs fois une scène qui associe l’apprentissage et le plaisir. Et appropriez-vous la. 🙂

Les adultes peuvent tout faire avec leur imagination aussi. Ils l’ont juste oublié… 🙂

 

PS2 : IMAGINATION + EMOTIONS = EXPLOSION (de plaisir)

1 réponse

  1. Gaelle dit :

    Excellent article ! Merci beaucoup pour les idées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.