Montre-moi ta bibliothèque, je te dirai qui tu es

réveillez vos désirsL’autre jour, je me suis surpris à me poser une question en regardant les centaines de livres de ma bibliothèque : y a-t-il une signification à ces choix de lecture ?

Le choix d’un livre provient d’un désir, profond ou passager. Il révèle une partie de nous, consciente, inconsciente, durable ou éphémère. Oui mais laquelle ?

C’est le professeur Michel Lejoyeux qui m’a apporté une partie de la réponse à cette question. Pas personnellement, j’entends, bien que j’aimerais le rencontrer pour échanger sur les sujets qu’il aborde avec tant d’optimisme.

Bref, voici une petite sémiologie de la bibliothèque. Vous me direz si vous vous y reconnaissez :

 

Des livres de médecine ou de santé : une tendance à l’hypocondrie ?

Des livres sérieux, scientifiques, historiques : le peur de perdre du temps et une envie de loisirs utiles.

Des livres impossibles que l’on n’a jamais lus et que l’on ne lira jamais : le peur de jeter et de la timidité face à l’écrit.

Des classiques découverts ou appris en classe : le peur de vieillir ou de devenir adulte.

Les livres terrifiants : une tentative de se rassurer et de se dire que sa vie n’est pas aussi terrible que celle des victimes d’un tueur en série.

Une liseuse numérique charge d’une centaine de textes : le refus de choisir ou la peur de manquer.

Des livres en langue étrangère : une envie de changer de pays ou de culture.

Des livres fondateurs à l’origine de nos engagements spirituels ou professionnels.

Des livres que l’on a lus et que l’on relira tant leur impact a été fort sur ce que nous sommes devenus.

Des livres que l’on garde tant ils sont pour nous des maitres ou des guides.

Des livres antimorosité qui savent nous faire sourire aussi souvent que nous les ouvrons.

 

Je vais compléter cette liste en fonction de mon expérience personnelle.

Les livres qui ne nous ressemblent pas (encore) : ils dénotent de notre envie secrète de changer ou de tester de nouveaux chemins pour mieux nous connaitre.

Les livres qui nous ressemblent : ils nous réconfortent et alimentent nos croyances…mais sont-elles vraies ? nous rendent-elles heureuses ?

Les livres qu’on a acheté pour décorer, faire comme les autres et qu’on ne lira probablement jamais : on en revient à ce questionnement personnel auquel s’ajoutent la peur du jugement d’autrui, l’envie de plaire en affichant une image réfléchie et non authentique et l’influence des médias.

Les livres de la bibliothèque des autres : pour mieux les connaitre (amis, parents, conjoints), les imiter ou se comparer.

Des livres d’enfants : pour se rappeler de notre enfance, partir à la rencontre de notre moi intérieur, combler les manques, réécrire l’histoire, développer sa créativité.

Des livres imaginaires : pour fuir la réalité, lâcher prise ou réveiller son imagination.

 

Un livre est une clé qui ouvre de très nombreuses portes. Chaque lecture crée des connexions dans notre cerveau et active même des zones identiques à celles qui s’activent lorsque nous agissons dans la réalité. C’est pourquoi il est important de lire beaucoup et de diversifier nos thèmes pour cultiver notre ouverture d’esprit et notre curiosité.

L’étape suivante, pour avancer personnellement, est d’écrire. Cela donne du sens !

 

Je termine cet article avec une question et un conseil.

La question :

Si vous ne deviez garder que 3 livres, lesquels choisiriez-vous ?

 

Le conseil :

Ayez toujours un roman en cours de lecture. 🙂

 

PS : sinon, en ce moment, je lis « Le Chardonneret » de Donna Tartt. Captivant et troublant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.