Encourageons les enfants à dire « je ne sais pas »

Nous, adultes, sommes parfois gênés d’avouer que nous ne possédons pas une information ou que nous ne comprenons pas telle ou telle chose. Cette réaction est issue de réflexes de protection face à d’hypothétiques jugements ou une résurgence de la peur de l’échec sanctionné par des mauvaises notes lors de notre scolarité.

Souvent il s’agit « simplement » d’un sursaut de notre égo et d’un défaut de modestie…

Pourtant, nous devrions oser  (ou avoir le courage de) dire plus souvent que nous ne savons pas et encourager nos enfants à en faire autant. Célébrer le « je ne sais pas » ouvre la porte à la curiosité et donc à l’acquisition de compétences !

Des chercheurs de l’université californienne Pepperdine ont mené 5 études qui ont montré que les personnes modestes intellectuellement n’obtiennent pas de scores moins élevés sur les connaissances cognitives (vocabulaire, calcul, raisonnement et capacités spatiales) que les personnes qui évitent d’avouer leur méconnaissance (et la dissimulent même sous un excès de vantardise) .

Autre découverte : les personnes modestes intellectuellement sont plus motivées pour apprendre et se montrent plus curieuses, explorant des domaines qui leur ouvrent l’esprit et contribuent à leur épanouissement .

Donc à chaque fois que votre enfant vous dira « je ne sais pas », vous pourrez remarquer sa modestie intellectuelle qui est une véritable force !

De même, pour nous, adultes, suivons cette voie pour cultiver notre curiosité !

« Je ne sais pas » est le premier pas vers la connaissance »

 

Sources :

« Psychologie positive magazine » n°28

« Links between intellectual humility and acquiring knowledge »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.