Les 7 phases de l’alphabétisation émotionnelle

Dans son livre « coacher les émotions »,  Daniel Chernet attire notre attention sur l’alphabétisation émotionnelle et l’échelle de conscience émotionnelle de Claude Steiner et Paul Perry.

Être à 100% de cette conscience émotionnelle signifie que nous sommes passés par plusieurs phases en commençant par la naissance de l’émotion dans notre corps, son identification et une prise de distance progressive qui permet ensuite l’interactivité.

Ce cheminement demande un véritable travail personnel.

 

 

  1. L’engourdissement , lorsque la personne n’a aucune conscience de ses sentiments, ce qui peut provenir de vécus de chocs traumatiques importants, elle n’a pas de ressentis physiques lorsqu’une situation génère une émotion.
  2. Les sensations physiques , lorsque les émotions ont un impact physique sur la personne, tels des maux de tête, des vertiges, des ressentis douloureux, un blocage du diaphragme ou des intestins, mais qu’elle n’a pas conscience des émotions elles-mêmes. Elle ressent, mais ne sait pas faire le lien avec les émotions.
  3. L’expérience primaire , qui correspond à la conscience des émotions, mais sans capacité à les identifier, à en parler, à les comprendre. C’est le chaos ; les émotions viennent, peuvent être envahissantes, sont ressenties, mais l’absence de conscience ne permet pas d’apporter une solution au vécu émotionnel.
  4. La différenciation , qui est la phase qui permet à la personne de traverser la barrière verbale, c’est-à-dire de mettre des mots sur ce qu’elle ressent, sur ses émotions, ses sentiments. À ce stade, elle sait faire la différence entre la colère, la tristesse, la peur, la joie et également entre l’amour, la honte, la jalousie, l’envie.
  5. La causalité qui permet de distinguer ses émotions et d’identifier ce qui en est la cause. Je sais que la colère vient de quelque chose, d’un contexte que je perçois comme dommageable, non respectueux.
  6. L’empathie , lorsque la personne est consciente des émotions des autres. Je comprends ce que mon interlocuteur ressent lorsque je lui manque de respect, je comprends sa colère.
  7. L’interactivité , qui se distingue de l’empathie par la capacité à être sensible au flux et au reflux des émotions dans les situations relationnelles et la capacité à leur donner du sens, à comprendre leurs interactions.

 

Les étapes 1 à 3 concernent nos sens, nos perceptions, elles amènent à être conscients de nos ressentis : « utiliser nos sens ». Les étapes 4 à 7 permettent de donner du sens à nos vécus émotionnels, nous amènent à penser nos émotions. Elles permettent le développement de nos compétences émotionnelles, de notre intelligence émotionnelle.

Source : Daniel. « Coacher les émotions: Colère, peur, tristesse, joie… » de Daniel Chernet est disponible sur :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.