Comment calmer la colère d’un enfant avec une simple balle

Je partage avec vous une astuce pour désamorcer la colère d’un enfant. Elle repose sur un objet simple : une balle.

La balle est en effet un excellent accessoire pour symboliser et canaliser la colère d’un enfant.

balle attrape colère

Voici comment procéder :

 

1) Achetez une balle de tennis jaune.

2) Présentez-la à votre enfant comme la « balle attrape-colère ». Expliquez-lui qu’elle a comme pouvoir d’absorber la colère et que c’est très pratique pour s’en débarrasser. Dites-lui que c’est vous qui la garderez sur vous (dans votre sac). 

3) Faites une séance d’entrainement pour la faire fonctionner. 

colère fille

Fonctionnement de la balle attrape-colère :

A) Donnez la balle à l’enfant. 

Pour ce faire, prenez la balle dans votre sac, montrez-la à votre enfant, approchez-vous de lui et mettez-la dans sa main en vous servant de votre autre main pour recouvrir la sienne. Restez une seconde ainsi avec sa main dans les vôtres. Le contact physique chaleureux est important à ce stade et cela crée un rituel positif. Ajoutez avec une voix douce : « voilà, ta colère est là-dedans. »

B) Demandez maintenant à l’enfant s’il est prêt à se débarrasser de sa colère et quelle trajectoire il veut donner à la balle : directe, avec rebond ? L’avantage du rebond est que l’enfant prendra conscience de l’aspect éphémère de l’émotion qui diminue à mesure que les rebonds s’estompent.

C) Dites-lui que vous êtes prêt à recevoir sa balle.

D) Réceptionnez sa balle avec un grand sourire.

E) Demandez-lui s’il reste encore de la colère en lui.

S’il répond « oui », recommencez à partir de A) . S’il répond « non », finalisez le rituel.

F) Revenez vers votre enfant et invitez-le à faire rebondir puis rattraper sa balle. Félicitez-le en lui expliquant qu’il maîtrise sa balle comme sa colère.

G) Prenez-le dans vos bras et dites-lui que vous êtes fier de lui et que vous l’aimez.

 

Décryptage 

La balle jaune sert d’ancrage positif et de moyen d’exprimer les émotions . Le fait de bouger favorise l’apprentissage de ce comportement. De plus, l’enfant récupère le contrôle de ses capacités de réflexion tout en jouant (et donc en évacuant le stress).

C’est très efficace.

Une fois le calme retrouvé, identifiez le besoin déclencheur de la colère par une écoute bienveillante.

 

Plus tard, vous confierez cette balle à votre enfant afin de valoriser son autonomie et sa responsabilité. 

 

Variantes :

Voici d’autres idées d’utilisation de la balle émotionnelle :

  • Cette balle jaune peut être customisée pour symboliser plusieurs émotions (en les dessinant avec des yeux et une bouche) comme la tristesse ou la joie. L’enfant tournera la balle selon le visage-émotion qui correspond à son ressenti.
  • Pour la joie, demandez à votre enfant de jeter la balle aussi haut que ce qu’il est joyeux. Cela décuplera encore plus l’effet de l’émotion tout en lui faisant comprendre la notion d’intensité de l’émotion (une composante de l’intelligence émotionnelle).
  • Contagion émotionnelle : vous pouvez montrer par un petit jeu comment les émotions peuvent devenir contagieuses. Pour cela, dessinez plusieurs visages-émotion sur la balle et lancez-vous la. Imitez l’émotion qui se présente lorsque vous la réceptionnez. Cet exercice va aider l’enfant à identifier ses émotions et le mécanisme qui les relie au corps. Lorsqu’on sourit alors qu’on n’en a d’abord pas envie, on finit tout de même par se sentir joyeux (c’est  la rétroaction faciale).
  • Les émotions cachées : placez la balle avec plusieurs visages-émotion sous un drap et demandez à votre enfant de la sortir et de vous montrer via une des faces de la balle, ce qu’il ressent. Cette façon de communiquer est universelle. Vous pourrez ainsi guider votre enfant vers une verbalisation (voir le vocabulaire des émotions dans cet article).
  • Vous pouvez aussi vous servir de la balle pour faire des massages (dos, épaule).
  • Faire rouler la balle sous la voûte plantaire de votre enfant le déstressera.
  • Notez que la manipulation de la balle permet également de travailler la motricité et le repérage dans l’espace.

J’espère que cette astuce vous a aidé.

 

Pour le compléter, je vous invite à lire cet article sur les tempêtes émotionnelles…dans les supermarchés.

Conseils lectures :

Ces deux livres d’Isabelle Filliozat contiennent de nombreuses astuces et informations pour prodiguer une éducation positive.

De plus, ils sont joliment illustrés. 🙂

« j’ai tout essayé » d’Isabelle Filliozat (de 1 à 5 ans).

et « Il me cherche »  toujours d’Isabelle Filliozat (de 6 à 11 ans)

Nous travaillons en ce moment sur un ebook à propos de la parentalité « épanouie ».

Pour être informé de sa disponibilité, n’hésitez pas à vous abonner à cette newsletter dédiée aux parents :

[wysija_form id= »3″]

14 réponses

  1. Sébastien dit :

    Bonjour, sujet fort intéressant et d’une grande simplicité, je vais tester …

  2. Il y a un âge pour ça? Ma fille a 23 mois.

    • Jeff dit :

      Non, il n’y a pas forcément d’âge dans la mesure où l’utilisation de la balle s’appuie sur la motricité normale. De plus, si vous envisagez de vous en servir comme support pour exprimer les différentes émotions (avec plusieurs visages-émotion dessinés sur la balle), il n’y aura pas la barrière du vocabulaire. A bientôt.

  3. isabelle dit :

    Sa me laisse perplexe…et ou l’enfant verbalise t-il sa colère qui peut être autant; de la tristesse, jalousie, incompréhension d’un événement, ou tout simplement un désaccord de sa part? Oui sa peut arriver un désaccord même si ils ne décident pas grand chose a un jeune âge. C super cute, mais j’ajouterais durant le temps ou l’enfant et le parent mettent leur main sur la balle, une verbalisation pour expliquer la colère ressentit, le pourquoi c’est arriver pour que l’enfant puisse apprendre a verbaliser, comprendre, et réfléchir sur la colère du moment présent.

  4. isabelle dit :

    Je vais essayer avec mon fils de 6 ans qui a des excès de colère.

  5. Reynvoet dit :

    Je pense que cette astuce est intéressante car elle permet de ramener l’enfant à lui-même et de faire descendre sa pression émotionnelle. C’est seulement quand cette « pression » est retombée qu’il est possible de parler avec l’enfant. Tant qu’il est débordé émotionnellement il ne peut pas entendre tous les beaux discours de l’adulte. Mais parfois il peut être intéressant, quand l’enfant est calme, de choisir avec lui son « objet » de colère sur lequel il pourra se « décharger ». Ici il est question d’une balle, mais cela pourrait être tout autre objet …
    En tous cas, merci pour cette piste intéressante.

    • Jeff dit :

      C’est exact ! L’astuce de la balle permet de rétablir le contact dans tous les sens du terme. N’hésitez pas à proposer d’autres objets de votre connaissance. Merci pour votre message et votre contribution. A bientôt.

  6. C’est une superbe idée. Mon fils a du mal à verbaliser ses émotions et est très colérique. Parfois il les évite aussi. Je vais essayer.

    • Jeff dit :

      Merci ! Tenez-nous au courant des résultats. A bientôt.

      • me revoilà, petit retour d’expérience… J’ai dessiné les émotions sur la balle (une balle anti-stress), cela a été un moment très amusant pour mon fils de 6 ans et ma petite fille de 4 ans. Cela a aussi permis de les verbaliser. Quand ils sont tristes ou en colère (et parfois aussi joyeux) je sors la balle. J’avoue que c’est assez efficace, mon fils se calme plus facilement en la faisant rebondir une à plusieurs fois selon ses besoins. Il retrouve plus vite la paix et le sourire. Ma fille aussi. Je trouve aussi que cela leur permet de matérialiser l’évolution d’une émotion à une autre. Seul soucis… quand ils ont des émotions tous les deux en même temps… mon fils, par exemple, refuse ou chipe la balle à sa soeur pour la monopoliser.

  7. Nortia dit :

    Bonjour,
    J ai eu une réaction forte ce matin vis à vis de mon fils de 11ans.
    Quelle astuce pourriez vous me donner pour mieux communiquer et surtout ne pas m emporter ?
    Merci je vais tester la balle

  1. juin 21, 2015

    […] vous pouvez opter pour la communication non-violente ou la diversion (voir l’astuce de la balle à ce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.