3 exercices pour vivre nos émotions avec notre corps

Intellectualiser le processus de régulation des émotions est une mauvaise idée selon le Dr Christian Tal Schaller et Johanne Razanamahay, auteurs de « Vivre les émotions avec le corps ».

Les émotions demandent à s’extérioriser par notre corps. Les réprimer intellectuellement revient à nous exposer à un stress important et une dégradation de notre santé car les poches émotionnelles se remplissent et sont de plus en plus lourdes à porter, fragilisant notre santé physique et psychologique. Elles ne demandent qu’à se vider, n’importe où, n’importe quand et malheureusement aussi contre n’importe qui.

L’émotion est un carburant, une énergie à la disposition de l’action.

Les auteurs de ce livre étonnant nous conseille donc de cultiver une forme de « folie douce » dans laquelle les émotions occupent une place de choix.

Pour entrer dans cet état de folie douce, il suffit de sourire, rire, grimacer, pleurer, gesticuler avec force, chanter à tue-tête, danser de manière endiablée, se mettre en colère avec des gestes violents mais sans attaquer ni frapper autrui, être capable de défouler ses émotions sans culpabilité, avec des gestes et des sons, en un mot avoir le comportements des jeunes enfants. En privé. 🙂

Afin de nous guider vers cet état libérateur et inoffensif pour soi et autrui, voici le processus d’accueil d’une émotion et 3 exercices à pratiquer sans se juger.

Accueillir et exprimer une émotion par le corps : mode d’emploi

1. Identifier l’émotion que l’on ressent avant que notre juge intérieur ne l’expédie dans l’inconscient.

2. Ressentir les effets de cette émotion sur notre corps en observant nos sensations, les modifications de notre respiration et les changements de nos perceptions de nos organes et structures moléculaires.

3. Extérioriser l’émotion par des gestes spontanés, des étirements, des bâillements, des cris, des pleurs ou des rires. Il s’agit de laisser l’émotion sortir à travers les muscles du corps, comme nous le faisions lorsque nous étions enfants et n’avions pas encore appris à nous contrôler en réprimant nos émotions.

4. Ensuite seulement, nous pouvons examiner la croyance qui a été à l’origine de cette émotion afin de la changer contre une croyance meilleure.

 

L’ours (régulation de la colère et diminution du stress)

1. Mettez-vous debout, les bras le long du corps, puis laissez votre tête tomber en avant en expirant.

2. Quand vous êtes au maximum de la flexion, relâchez vos mains et vos bras, détendez les muscles du visage en faisant toutes sortes de grimaces et laissez sortir de vos poumons des sons variés… laissez-vous aller comme si vous étiez un ours qui sort de sa caverne au printemps, s’étire et se secoue en se dandinant.

3. Laissez partir toutes les tensions de la gorge, en faisant mille sons et grognements, libérez votre visage, vos doigts, mains et bras des conditionnements sociaux et des refoulements émotionnels qu’impose la vie quotidienne. Pendant quelques instants vous êtes un ours, libre de tout conformisme et de tout contrôle mental. Vous ne vous occupez que de vous faire du bien, de sentir votre corps physique qui se détend et votre corps émotionnel qui se dépollue de toutes les tensions psychiques accumulées.

4. Relevez ensuite lentement la tête en reprenant le masque poli de la vie sociale et sentez à quel point ces quelques instants de « vie sauvage » vous ont fait du bien. Votre cerveau, grâce à la position de la tête vers le bas, a reçu un flot de sang oxygéné qui l’a stimulé aussi bien qu’une cigarette ou un café l’aurait fait, avec le grand avantage que vous n’avez absorbé aucun poison !

 

Le tigre (déblocage émotionnel)

1. Debout, les pieds légèrement écartés (à la verticale des hanches), imaginez que vous êtes un tigre dans la jungle, dressé face à un tronc d’arbre. Levez la patte gauche (en fait votre main gauche !) le plus haut possible et griffez le tronc vers le bas, jusqu’à la hauteur de votre taille.

2. Effectuez le même mouvement avec la patte droite. Faites ce geste de plus en plus vite, les genoux légèrement fléchis. En même temps, faites des grimaces avec tous les muscles du visage, tout en rugissant comme un tigre. Pensez, si cela peut vous aider, à toutes les situations où vous avez été contrarié et où vous n’avez pas pu exprimer votre colère ou votre rage.

3. Augmentez l’intensité pour sentir que tout votre corps participe, sans toutefois dépasser le seuil des sensations agréables.

4. Pour terminer, poussez un grand cri, tout en faisant le geste de déchirer au-dessus de votre tête un voile qui représente tout ce qui vous a empêché de vivre libre et heureux. Prenez alors quelques instants pour sentir la vie qui circule dans tout votre corps. Observez à quel point ce simple exercice vous a relaxé et revitalisé et exprimez silencieusement ou à voix haute votre reconnaissance envers cette merveilleuse cathédrale qu’est votre corps physique et ces musiques célestes qui s’appellent émotions et pensées et le font résonner de plaisir et de bien-être !

 

Rire sans raison (diminution du stress et augmentation de la joie)

1. Inspirez profondément.

2. Expirez par saccades, en faisant « ha, ha, ha » ou « ho, ho, ho » ou encore « hi, hi, hi », « hé, hé, hé » ou « hou, hou, hou » !

3. Laissez votre corps bouger librement avec des gestes, des contorsions, des étirements et des grimaces.

4. N’interrompez-pas votre rire, même si vous trouvez qu’il est rouillé, mécanique ou artificiel.

 

Source : « Vivre les émotions avec le corps » du Dr Christian Tal Schaller et Johanne Razanamahay 

Disponible sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.